Follow by Email

dimanche 28 août 2016

Marathon SSQ Lévis-Québec 2016

Dimanche le 28 août, 4:00 heures AM, je me lève. Les navettes du marathon SSQ Lévis-Québec nous transportant au Centre des congrès à Lévis pour le départ partaient entre 5:00 heures et 5:45 heures, le départ du marathon se faisant à 7:30 heures.

J'avais préparé mon matériel la veille. J'ai donc eu le temps de déjeuner avant de partir pour le centre-ville de Québec.

Je connais ce marathon par coeur, ayant fait toutes les éditions depuis 1998. C'était la 19ième édition cette année. J'ai trouvé rapidement un stationnement dans une rue près du Palais de justice et je suis parti lentement à la marche rejoindre le départ des navettes.

J'ai aperçu mon ami Jean-Yves Sanfaçon et je me suis joint à lui. Nous étions prêt des navettes lorsque je l'ai vu retourner sur ses pas. J'ignorais pourquoi et je suis monté dans un autobus. Lorsqu'il est revenu près de l'autobus, j'ai compris qu'il était retourné chercher sa casquette un peu plus loin. Malheureusement, l'autobus était plein et il a du prendre la suivante. J'ai donc fait le voyage vers Lévis en silence comme un grand garçon.

Je suis arrivé sur le stationnement du  Centre des Congrès entre 6:00 heures et 6:15 heures, peu après la levée du jour. Quelques amis du zoo y étaient déjà. Nous nous sommes assis sur une chaîne de trottoir et nous avons jasé un peu, question de relaxer avant le départ.

J'ai aussi pu rencontrer certains amis Facebook qui couraient le marathon avant de mettre mon singlet, d'accrocher mon dossard, d'installer ma ceinture pour les gels et de laisser mon sac au dépôt des camions Purolator. Un dernier passage aux toilettes et il était temps d'ouvrir ma Garmin avant de rejoindre la zone de départ.

Je m'étais entendu avec Rénald Bouchard du zoo pour courir ensemble le plus longtemps possible. J'ai donc attendu avec lui le signal du départ.

Dès le départ, les sensations étaient bonnes et j'ai essayé de prendre mon pace marathon, autour de 6:00/km, le plus rapidement possible. Par contre, il y a une légère montée dans les deux premiers kilomètres, de telle sorte que je les ai plutôt courus à 6:12 et 6:13. Les conditions climatiques étaient bonnes pour le mois d'août, soit 17 C avec un ciel nuageux et un léger vent de face dans les premiers kilomètres.

Il fallait, par contre, se méfier de l'humidité qui est toujours présente sur ce marathon. J'ai donc commencé à appliquer ma stratégie d'hydratation et de  thermorégulation dès le deuxième poste d'eau en buvant deux petits verres de Gatorade et en me jetant un verre d'eau sur la tête. C'était parfait, les sensations étaient bonnes et j'ai enfilé plusieurs kilomètres facilement sous les 6:00/km entre le 3ième et le 11ième kilomètre. Je ne faisais que suivre mes sensations et j'y allais au feeling sans forcer.

Mon ami Rénald était toujours avec moi. J'ai continué sur la même lancée de facilité mais avec quelques kilomètres un peu au dessus de 6:00/km et ce,  jusqu'au demi-marathon que j'ai franchi en 2:06:35 soit un pace moyen de 5:59/km.

Peu après le 22ième kilomètre, je me suis retourné et Rénald n'était plus là. Il a diminué légèrement le pace. Il fallait maintenant attaquer la côte Garneau au 23ième kilomètre.J'ai raccourci ma foulée et je l'ai monté sans trop forcer. Le 24ième kilomètre a été franchi en 6:29, ce qui était normal vu cette côte qui est quand même casse pattes.

Un peu plus loin, j'ai dépassé un ami Facebook qui court toujours avec un tshirt de Superman. Je ne lui avait jamais parlé et je l'ai salué en me présentant. Bien sympathique ! Il avait annoncé sur Facebook qu'il ferait le marathon en entraînement et il a tenu parole parce qu'il est bien plus rapide que moi. D'ailleurs, il m'a repris sur le Boulevard Champlain.

J'ai bien couru le long faux plat montant menant au Pont de Québec, toujours aux sensations. Naturellement, mon allure a diminué légèrement mais je me sentais toujours fort.

Sur le Boulevard Champlain, nous avons retrouvé un vent de face et je n'ai pas pu maintenir mon allure marathon de 6:00/km. Je me suis promené entre 6:21 et 6:37/km. Cependant, je dépassais plusieurs coureurs.

À 3km de la fin, j'ai vu Jean-Yves au loin. Comme au demi-marathon Marcel-Jobin, j'ai été surpris. Je l'ai rejoint et même dépassé un peu. Cela a du le fouetter car il a accéléré pour finir. J'ai du m'accrocher et nous avons terminé en 4 heures 19, lui en 4:19:03 parce qu'il était plus loin dans le peloton au départ et moi en 4:19:38:



Nous sommes allé aux toilettes et aux camions Purolator chercher nos sacs afin d'enfiler un gilet sec. Par la suite, nous sommes retourné à la fin du corridor d'arrivée afin de voir arriver nos amis Roger Goulet et Gilles Lamontagne:



Je devais avoir faim car j'ai englouti toute la nourriture qu'ils nous remettaient dans le corridor d'arrivée.

Quelques photos ont été prises des amis qui étaient encore présents:




Nous étions neuf coureurs du zoo sur le marathon. Voici les chronos de mes amis par ordre d'arrivée:

- Camilien Boudreau: 3:01:22
- Dominique Jobin: 3:27:14
- Bruno Samson: 4:07:03
- Danielle Goulet: 4:07:48
- Jean-Yves Sanfaçon: 4:19:03
- Rénald Bouchard: 4:25:15
- Roger Goulet: 4:46:15
- Gilles Lamontagne: 5:15:24

Deux autres amis du zoo participaient à d'autres épreuves, soit André Angers sur le demi-marathon ( 2:14:20) et Claude Létourneau sur le 10 km (55:42).

Conclusion

Il s'agissait de mon troisième marathon cette année et c'est mon meilleur chrono après le marathon des Érables (4:21:00) et le marathon d'Ottawa (4:25:42). Il est vrai que les conditions climatiques étaient relativement bonnes mais loin des conditions idéales pour un marathon.

De plus, c'est mon meilleur chrono au marathon Lévis-Québec depuis 2006 où j'avais fait 4:04:23. Je suis donc plus que satisfait.

J'ai l'impression que l'entraînement en musculation commence à payer. Je me suis senti fort sur tout le marathon cette année. Ma stratégie de thermorégulation est aussi un must depuis une couple d'années.

Il restera à vérifier le tout sur mon dernier marathon de l'année 2016, soit le Baystate marathon, à Lowell le 16 octobre prochain. Il est couru sur un parcours rapide et dans des conditions habituellement idéales pour le marathon.


7 commentaires:

  1. Bravo pour ta course François, et qui sait, finir les courses ensemble, c'est peut-être une nouvelle tradition ...

    P.S. Merci de m'avoir "réveillé" sur le dernier km,ça m'a permis de finir en bas de 4:20 (la réciproque est possiblement vrai aussi d'ailleurs ...) mais comme dirait Bruno, la prochaine fois tu te forcera pour me rejoindre au demi ... comme cela, on finira tout les deux en même temps, mais en bas de 4 heures ...

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour ce nouveau Marathon et pour cette nouvelle médaille au compteur
    Le bonjour à mon pote Jean Yves

    RépondreSupprimer
  3. bravo mon ami Francois pour cette excellente performance. Gilles

    RépondreSupprimer
  4. Un autre marathon qui te permet de rester dans le livre ;) Le temps était humide donc pas facile comme conditions. Félicitations !

    RépondreSupprimer
  5. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  6. Félicitation mon Francois pour ton marathon tu es discipliné comme un métronome

    RépondreSupprimer
  7. Bravo François pour cette belle course bien gérée et bravo pour ce beau chrono. Bonne récupération à toi :-)

    RépondreSupprimer