Follow by Email

mercredi 17 avril 2013

Tristesse à Boston

Je vous avais promis un billet sur le marathon de Boston 2013 bien que je n'y étais pas. J'avais commencé ce texte dans l'après-midi du 15 avril et j'étais presque prêt à le mettre en ligne lorsque j'ai appris la nouvelle:



J'ai donc remanié ce billet. J'ai été stupéfait lorsque j'ai vu ces images à la télévision en arrivant à la maison après le bureau. Je suis allé aux nouvelles en faisant un téléphone et j'ai su que mes amis du zoo étaient tous sains et saufs. J'ai été rassuré de ce côté. Mais en même temps, j'ai éprouvé beaucoup de peine pour les pertes de vie et les graves blessures. Ceci nous démontre la dangerosité du monde dans lequel nous vivons.

Ma dernière participation au Marathon de Boston remonte en 1996 pour la 100ième édition. Depuis 1999, je n'ai plus le standard pour me qualifier ayant perdu plusieurs minutes sur marathon. Je dois dire que la prise de minutes a été corrélative à la prise de poids à partir de 1999. Déjà que je m'étais qualifié de justesse dans les années 90 alors que j'étais dans la trentaine et que j'étais plus léger. Quoiqu'il en soit, j'ai toujours beaucoup de plaisir à suivre ce marathon d'année en année car j'ai déjà vécu l'effervescence qui y règne.

Depuis une couple d'années, il m'est impossible de trouver des liens internet où je peux suivre le marathon en live streaming. Univesal sports diffuse le marathon sur internet mais on ne peut le voir gratuitement en dehors de États-Unis. Le site du marathon de Boston offrait un lien live streaming mais l'accès était réservé à certains pays, le Canada étant exclu de cette liste. Essayez de comprendre pourquoi...

Durant l'avant-midi du 15 avril, j'ai du me rabattre sur Twitter pour suivre le déroulement du marathon élite. Chez les hommes, Lelisa Desisa d'Éthiopie a gagné en 2:10:22 tandis que chez les femmes, c'est Rita Jeptoo du Kenya qui s'est imposé en 2:26:25:



En après-midi, j'ai suivi mes huit amis avec qui je m'entaîne dans le zoo du Centre Lucien-Borne chaque dimanche.  J'ai pu suivre leur progression grâce au leaderboard sur le site du marathon de Boston. Avant les explosions, quatre de mes amis ont pu passer la ligne d'arrivée, soit:


Mélanie Roberge: 3:22:48

François Maillette: 3:23:39

Bruno Samson: 3:36:05

Claude Létourneau: 4:01:29

J'attendais les autres résultats et je trouvais curieux qu'ils ne sortaient pas et qu'ils restaient bloqués au 40ième kilomètre. J'ai appris la nouvelle vers 15:40 heures alors que l'explosion a eu lieu vers 14:50 heures. Comme le marathon a été suspendu immédiatement après les explosions, le 40ième kilomètre est donc le dernier split time de mes amis. Je vous indique ce dernier temps pour mes quatre autres amis:

André Lepire: 3:56:41

Roger Goulet: 4:09:09

Rénald Bouchard: 4:18:52

André Angers: 4:33:54

Roger, Rénald et les deux André auraient terminé le marathon en temps normal. Ils ont beaucoup d'expérience et se sont bien entraîné. Ils méritaient autant leur médaille même s'ils n'ont pas eu la joie de passer la ligne d'arrivée. Mais je sais qu'ils sont capables de relativiser après les pertes de vie et les graves blessures subies par des êtres humains. André Lepire était presque sur le point de passer la ligne lorsque c'est arrivé. Pour Roger, il lui manquait environ 3 minutes. Roger a partagé, sur Dailymile, qu'il a l'habitude de passer près de la clôture où les explosions ont eu lieu. Il en était à son 29ième marathon consécutif à Boston.

Il est clair que mes amis sont revenu de Boston avec un goût amer dans le bouche. Mais ce sont de vrais coureurs qui vont continuer à vivre leur passion. Le mal n'aura pas raison de nous.


1 commentaire: