Follow by Email

lundi 25 mai 2015

Marathon d'Ottawa 2015

Toute une fin de semaine que je viens de vivre à Ottawa pour mon 83ième marathon à vie ! Après cette blessure au genou gauche qui m'a fait arrêter la course à pied pendant 8 semaines et une préparation depuis le 8 février dernier, j'ai complété le superbe marathon d'Ottawa que j'ai redécouvert en 2012.

Pour moi, la préparation au marathon au jour le jour est un grand plaisir, la fin de semaine complète de chacun de mes marathons aussi. Je vous fait donc le récit de la veille et la journée même de ce marathon d'Ottawa 2015.

Samedi le 23 mai

J'ai fait le voyage à Ottawa avec trois amis du zoo: Claude Létourneau, Jean-Yves Sanfaçon et Bruno Samson. Depuis quelques années, je fais mes voyages vers mes marathons avec eux et c'était toujours une véritable partie de plaisir. Autant ils sont focus pour leur marathon, autant ils ne se prennent pas au sérieux. Je vous épargne toutes les niaiseries qu'on a pu se raconter et qui ont détendu l'atmosphère.

Claude a encore eu l'amabilité de nous faire profiter de sa nouvelle Subaru comme lors de notre voyage à Lowell au mois d'octobre dernier et de conduire aller-retour. Tout a baigné dans l'huile pour cette route d'un peu plus de quatre heures.

Une fois à Ottawa, nous nous sommes rendus directement aux résidences de l'Université d'Ottawa:






Claude avait réservé depuis septembre dernier une petite suite de deux chambres comprenant une cuisinette. C'était parfait. Nous étions près du salon du coureur, du départ et de l'arrivée du marathon. Cependant, nous avons du faire un line up d'une heure pour faire notre check in.

Nous avions amené chacun notre nourriture pour le dîner et nous l'avons pris à la chambre de la résidence universitaire. Par la suite, il nous restait un peu plus de deux heures pour récupérer notre dossard, le salon du coureur fermant à 16 heures.

On parle de plus de 40 000 participants aux différentes courses de la fin de semaine. C'était donc la cohue au salon du coureur tenu au Centre Shaw, surtout la veille du marathon et du demi-marathon. Par contre, l'organisation est numéro 1. On passe d'abord récupérer notre dossard avec la puce intégrée au rez-de-chaussée:



Et nous montons par la suite au 3ième étage pour la remise du t-shirt et du sac du coureur. Après c"est la visite du salon des exposants:



On s'était donné rendez-vous à la sortie pour 15 heures et nous sommes retourné à la résidence pour un petit repos d'une heure. Quinze jours avant le marathon, j'avais  avec Luc Lévesques de Training for Boston pour qu'il vienne partager le souper avec nous:

De gauche à droite: Luc Lévesque, Jean-Yves Sanfaçon, Bruno Samson, Claude Létourneau et moi-même


Luc est un vrai passionné de la course à pied comme nous. Il demeure à Gatineau, à côté d'Ottawa. On s'est connu par nos blogs respectifs et il a même fait un voyage à Québec en 2012 pour me connaître personnellement, ce que je n'oublierai jamais. Je l'ai amené faire une longue sortie avec le zoo pour qu'il connaisse notre gang  de coureurs.

Dimanche le 24 mai

Le départ du marathon étant à 7 heures, nous nous sommes levé à 4:30 heures et avons déjeuné à la chambre. À 6:15 heures, nous nous sommes dirigé vers le départ du marathon pour un rendez-vous d'avant course avec les amis du zoo et les amis Dailymile et Facebook dont Norm Bouchard qui demeure aussi à Gatineau:

De gauche à droite: Norm Bouchard, sa conjointe Marie-France qui courait son premier marathon, moi-même, Jean-Yves Sanfaçon, Claude Létourneau, Luc Lévesques, Camilien Boudreau, Bruno Samson et Dominique Jobin

Certains autres amis du zoo ont aussi fait le marathon mais on s'est manqué avant le départ pour la photo. Quant à Norm, c'est un autre passionné de la course à pied. Il est présentement blessé au genou et ne peut courir. Cependant, il est venu nous encourager et il a pris de belles photos.  Merci à toi Norm ! Tu fais aussi partie de notre gang.

Quinze minutes avant le départ, j'ai parti ma nouvelle Garmin Forerunner 10. Elle pris du temps à trouver le satellite mais je l'ai eu juste à temps pour le départ. J'étais dans le corral vert vu que je visais un temps entre 4 heures et 4 heures 30.

J'ai pris plus de deux minutes pour traverser la ligne de départ après le signal. J'ai alors démarrer ma Garmin. L'objectif était de 4 heures 13 soit une minute de mieux qu'au marathon de Lowell 2014.

Mon plan était de courir sur un pace de 5:50-6:00 au kilomètre, ce que j'ai fait jusqu'au demi-marathon. J'y suis passé en 2:06:45. Cependant, les sensations n'étaient pas très bonnes et  j'avais toujours l'espoir qu'elles s'améliorent. Jusqu'au 25ième km, j'ai maintenu mon allure. Voici deux photos prises par Norm:





Plus le temps passait, plus la température augmentait. Nous sommes passé de 12 C à 18 C, pour finir à 20 C. Je ne suis pas encore habitué à ce mercure avec mes entraînements du matin. Donc, mes sensations ne se sont pas améliorées. Elles se sont plutôt dégradées pour la peine. Mon pace moyen est passé à 6:20/km entre le 25ième et le 30ième km. Dans le 34ième km, je n'avais plus rien dans les jambes. Mon pace moyen a chuté à 6:36/km entre le 30ième et le 35ième km. Je peux dire que je me suis payé le mur en pleine face. Cependant, je n'ai pas marché.

Entre le 35ième et 40ième, j'étais en mode survie avec un pace moyen de 7:29/km. Au moins, j'étais en pays de connaissance vu que c'est le pace de mes journées de récupérations (lol).  Pour les deux derniers km, j'ai donné un petit coup avec un pace moyen de 7:04/km. Résultat final: 4:28:08. Il est clair que j'étais déçu de ce chrono. C'est mon pire à Ottawa. J'ai fait 4 heures 21 l'année dernière et 4 heures 20 en 2012.

Par contre, au 41ième km, j'ai réalisé que j'étais chanceux de pouvoir compléter ce marathon sans marcher et j'ai pleinement profité de toute l'énergie apportée par la cohue des demi-marathoniens, qui terminent les 3 derniers kms du parcours avec les marathoniens, et des spectateurs qui sont fantastiques. Ce marathon, pour moi qui n'a pas les chronos pour se qualifier pour Boston, est mon Boston, ma fête annuelle.

Mes trois compagnons de voyage sont plus rapides que moi. Nous avions convenu de ne pas s'attendre à l'arrivée et de se rejoindre à la chambre. Donc, j'ai mangé une banane et bu le lait au chocolat en marchant pour aller récupérer mes effets personnels et suis retourné à l'Université d'Ottawa.

Après une bonne douche, nous étions prêts à prendre la route pour Québec, biens fiers d'avoir couru nos marathons:



Jean-Yves a terminé en 3:37:07. Il s'agissait de son cinquantième marathon à vie et il l'a souligné dignement:


Bruno, quant à lui, a terminé en 3:29:55. Avec un standard de 3:40:00 pour Boston, il n'a plus à s'inquiéter. Claude, de son côté, a couru en 3:48:51.  Lui, c'est 20 minutes de mieux que son standard. Il est dans une classe à part.

Je ne veux pas passer sous silence les autres membres du zoo. Voici, leurs chronos respectifs:

- Camilien Boudreau: 3:08:27
- Mélanie Roberge: 3:10:02
- Dominique Jobin: 3:21:04
- François Maillette: 3:32:52
- Danielle Goulet: 3:59:53
- Magalie Bellefeuille: 4:09:21
- Roger Goulet: 4:47:11
- Gilles Lamontagne: 5:31:54

Et pour notre ami Luc Lévesque de Gatineau: 3:28:50.

Donc, voilà la première étape de mon année 2015 complétée. La prochaine: le marathon SSQ Lévis-Québec.

3 commentaires:

  1. J'aime bien ce marathon aussi. Il y a de l'ambiance sur le parcours et les derniers km sont tout simplement incroyable avec les encouragements de la foule. C'est gênant marcher devant tous ces spectateurs à la fin alors heureusement que tu avais des jambes pour te propulser vers l'arrivée.

    Content de vous avoir revu. Un jour, ce sera mon tour d'aller à Québec.

    Félicitations aux membres du zoo. Une forte prestation avec vos performances.

    RépondreSupprimer
  2. Bravo François, tu a été au bout et sans marcher c'est le principal et puis il y a des jours ou c'est un peu moins bien que d'autre... Moi je te félicite et te souhaite une bonne récupération.

    RépondreSupprimer
  3. Bravo mon ami......Francois, un de plus à ton excellent palmarès de 83 marathons, j'en connais plusieurs qui ne sont pas rendu à ce compte, une performance tout de meme respectable et je suis persuadé te connant très bien que tu sauras bien te reprendre. Un de tes admirateurs. Gilles L.

    RépondreSupprimer