Follow by Email

lundi 27 août 2012

Marathon des Deux-Rives 2012


Il s'agissait de la 15ième édition de ce magnifique marathon couru à Québec, dans la ville où j'habite, et organisé d'une main de maître par Denis Therrien:



J'ai fait toutes les éditions de cet évènement sur 42.2km et j'ai continué dans la même veine cette année.

Après une semaine légère d'entraînement et ma visite au salon du coureur décrite dans mon dernier billet , je me suis levé dimanche matin à 4:45 heures. Mon équipement et mon sac étaient prêts. J'ai pris mon petit déjeuner, soit des fruits, des rôties au beurre d'arachide et mon café. J'ai aussi commencé à m'hydrater, compte tenu de la chaleur importante annoncée.

À 5:45 heures, j'étais déjà dans ma voiture en route pour la Gare du Palais qui se situe à côté de l'arrivée du marathon. Éric Saint-Pierre, un ami Dailymile de la région de Montréal, avait lancé une invitation pour une rencontre face à la Gare du Palais entre 6:15 heures et 6:30 heures. À 6:00 heures, j'étais déjà aux abords du lieu de rencontre et j'ai pu trouver un stationnement dans une rue près du Palais de justice.

Éric était au rendez-vous avec René, un autre coureur de la région de Montréal:



Éric est un athlète accompli. Ceinture noire en karaté, il s'apprête à passer sa deuxième dan. Il a perdu beaucoup de poids dans les dernières années et il est un bon coureur avec un temps de 3 heures 3 au dernier marathon d'Ottawa. Il prépare le marathon de Montréal et il prenait part à l'épreuve du demi-marathon. Père de petits garçons, il est très sympathique et déborde d'énergie. Quant à René, je ne le connaissais pas. Étant un ami Dailymile d'Éric, je lui ai lancé une invitation et je l'ai ajouté à mes contacts. René prenait part au marathon.

À 6:30 heures, nous nous sommes dirigés vers les autobus devant nous transporter à nos zones de départ respectives. J'ai souhaité une bonne course à René et Éric et j'ai continué seul. D'un côté les autobus pour le demi-marathon et de l'autre ceux pour le 10km et le marathon:



Dans l'autobus où je suis monté, se trouvait mon ami Jean-Yves ( Tic T. sur Dailymile ) avec qui je m'entraîne le dimanche. Le voyage d'une trentaine de minutes a passé plus rapidement. Comme l'autobus emprunte la dernière partie du marathon sur le Boulevard Champlain et que la température était déjà près de 20 C avec 94 % d'humidité, j'ai bien ri avec l'humour de Jean-Yves nous comparant à des poulets BBQ allant être bien rôtis sur la fin du marathon.

La zone de départ du marathon se trouve à Lévis sur la rive sud du fleuve St-Laurent, plus particulièrement près du Centre des Congrès:






 J'ai retrouvé plusieurs de mes amis d'entraînement du dimanche. En voici quelques uns:


De gauche à droite: Rénald Bouchard, Camilien Boudreau, Claude Létourneau, Jean-Yves Sansfaçon, Bruno Samson et moi-même. À l'extérieur se retrouvait Roger Goulet qui s'apprêtait à faire son 249ième marathon à vie ( à droite sur la photo suivante ):


Il attendait une équipe de Télé-Québec qui allait le suivre durant le marathon en vue d'une émission de télévision qui sera diffusée dans les prochaines semaines.

Après avoir déposé mon sac dans un des camions Purolator qui ramenaient nos effets personnels à l'arrivée, j'ai aussi rencontré deux autres amis de mon groupe du dimanche qui prenaient part au marathon, soit Magalie Bellefeuille et Gilles Lamontagne.

Le départ du marathon était à 8:30 heures et je me suis dirigé vers la ligne de départ 10 minutes avant. Elle était relativement proche de l'édifice où nous nous étions regroupés. Près de ligne de départ, j'ai eu l'occasion de discuter avec deux autres amis Dailymile de la région de Montréal que j'avais déjà rencontrés à une couple de reprises, soit Lisianne Gadoury et Gaétan Joyal. Ils font de nombreuses compétitions, dont plusieurs marathons par année, Lisianne me disant vouloir en faire huit en 2012.

La course

J'ai senti immédiatement dans le premier kilomètre la chaleur et l'humidité. Les jambes étaient pesantes. Je suis donc parti plus lentement qu'à l'habitude ( 6:03/km ). Comme j'étais placé trop en avant, un peu en arrière de la pancarte de 3 heures 30, les coureurs me dépassaient de tous les côtés. Ce n'était pas important pour moi, je m'étais préparé psychologiquement à courir ce marathon aux sensations compte tenu des conditions climatiques qu'on nous avait annoncées.

Vers le deuxième kilomètre, mon ami Rénald Bouchard m'a rejoint et nous avons couru ensemble. En fait, Rénald a joué au lapin, étant souvent quelques mètres devant moi. Le pace a alors légèrement été plus rapide pour se situer entre 5:50 et 6:00/km. Mais je me sentais bien tout en étant très prudent vu que nous étions en direction ouest sur le Boulevard de la Rive-Sud avec le vent dans le dos, ce qui nous faisait ressentir plus la chaleur.

Au 6ième kilomètre, nous avons emprunté la piste cyclable descendant vers la rue St-Joseph à Lévis. Un petit vent de face nous rafraîchissait  mais il faillait faire attention pour ne pas se déshydrater. Donc, la stratégie pour moi était un verre de X1 et un verre d'eau à chaque poste d'eau. De plus, pour continuer à me rafraîchir, je passais sous chaque arrosoir que les gens de Lévis et St-Romuald mettaient à notre disposition. Et il y en a eu plusieurs. Merci aux gens de Lévis et de St-Romuald ! Vous avez été d'un grand appui.

Après une heure de course, j'ai pris un gel GU en continuité avec ma stratégie d'alimentation pratiquée tous les dimanches. Rénald et moi avons continué ensemble. Un peu avant le demi-marathon, on nous a donné un gel liquide X4. D'une efficacité remarquable même si le goût n'est pas bon.

J'ai passé le demi-marathon en environ 2 heures 6 minutes. Un peu après, Rénald s'est arrêté et il n'est jamais revenu à ma hauteur. Le partie difficile du marathon commençait. La côte Garneau au 23ième kilomètre, la montée casse-pattes du Chemin Du Sault et les longs faux-plats menant au Pont de Québec situé au 27ième kilomètre. J'ai traversé cette partie tout en contrôle, le pace ralentissant un peu. Après le Pont de Québec, mon pace moyen était de 6:00\km alors qu'il a été plutôt de 5:55/km sur la Rive-Sud.

Cependant, je me sentais toujours bien à cette étape du marathon. L'hydratation ++, l'alimentation, le rafraîchissement par les douches le long de la route et le contrôle de mes FC y ont été pour quelque chose. Je n'ai pas eu les jambes lourdes dans la longue descente menant au Boulevard Champlain alors que ce fût toujours le cas dans les années antérieures. En 2010, dans des conditions climatiques semblables, mon marathon avait commencé à être un calvaire dans cette descente. J'avais alors souffert d'un coup de chaleur qui m'avait obligé à marcher une très grande partie des 12 derniers kilomètres, les FC étant dans le plafond dès que j'essayais de repartir très lentement.

Pas cette année ! Je suis entré dans le four du Boulevard Champlain de plein pied avec mon pace moyen que je maintenais. Cependant, j'avais l'impression de cuire sur place et je repensais à la blague des poulets BBQ de Jean-Yves. J'avais juste hâte au premier point d'eau du Boulevard Champlain (32ième kilomètre) situé au quai des Cageux où on nous a donné une autre ration de X4  et où on a pu bénéficier d'une autre douche. Les deux kilomètres du 30ième au 32ième ont été pénibles. J'étais alors aux alentours de 6:30\km mais je dépassais de nombreux coureurs qui s'étaient résignés à marcher.

À partir du 36ième kilomètre, j'ai du ralentir plus près du 7:00\km mais j'avançais et je dépassais. Deux jeunes coureurs m'ont encouragé en me criant que j'étais un fighter. Je continuais à profiter des douches, même une opérée par mon ancien entraîneur du club La Foulée, Jacques Mainguy, que j'ai remercié et qui m'a donné un mot d'encouragement. Aussi, Adrien Lachance, un ancien coéquipier de La Foulée, faisant maintenant du vélo, a jasé un peu avec moi dans cette portion.

C'était de plus en plus difficile et le poulet était bien cuit. La température était de 28 C, 33 C avec humidex. Au 37ième kilomètre, les bénévoles nous aspergeaient littéralement avec des bouteilles d'eau. Même un, à la blague, nous demandait si nous voulions une douche bébé. Je n'avais jamais vu cela au marathon des Deux-Rives. Mais quelle façon de faire diminuer la température corporelle ! Certains coureurs étaient par contre affaissés au sol et recevaient les premiers soins.

Au 39ième kilomètre, j'ai pris la dernière portion de gel liquide X4. Au 40ième, c'était le dernier point d'eau. Je me suis arrêté à peine 30 secondes pour bien boire et je suis reparti. J'avais le goût de vomir. C'était le temps que je termine. En arrivant près de Place Royale, à un kilomètre de la fin, il y avait beaucoup plus de spectateurs et ils m'ont donné l'énergie nécessaire pour terminer avec le sourire en y allant légèrement plus rapidement.

Mon temps final ( chip time ): 4:28:21. Plus lent de treize minutes par rapport à Sugarloaf mais dans les circonstances, un succès pour moi.

À l'arrivée, après avoir ramassé la nourriture et les breuvages, je suis allé récupérer mon sac contenant mes effets personnels. Ma fille Catherine et ma conjointe Cecilia étaient de l'autre côté des clôtures et je voulais leur donner un point de rendez-vous en téléphonant avec mon cellulaire. Elles m'avaient fait la surprise de venir à ma rencontre.

Catherine a pris cette photo de son papa bien content de sa course dans les conditions:


La gang à Roger

Le groupe d'entraînement avec lequel je m'entraîne le dimanche matin est maintenant connu comme la gang à Roger suite au numéro de l'été 2012 du magazine Kmag ( voir l'article de Véronique Champagne dans le magazine disponible sur internet ici ). Cette gang, c'est mon moteur et je suis fier de le dire. Les coureurs de mon groupe ont tous donné leur maximum dans cette grande chaleur comme à chaque compétition. Voici leur temps:

Pour le marathon:

- Camilien Boudreau: 3:04: 29;
- Bruno Samson: 3:58:06;
- Jean-Yves Sansfaçon: 4:14:54;
- Claude Létourneau: 4:15:51;
- Magalie Bellefeuille: 4:41:27;
- Gilles Lamontagne: 5:14:21;
- Roger Goulet: 5::19:20;

Pour le demi-marathon:

- Denis Babin: 1:47:44;
- André Lepire: 1:56:49;
- Dominique Jobin: 1:59:32;
- André Angers: 2:05:15;
- Paul Tessier: 2:11:00 ;
- Isasbelle Paquet: 2:23:38;
- Danielle Goulet ( son premier demi à vie ): 2:32:33;

Les amis Dailymile

Quant aux amis Dailymile que j'ai rencontrés, Éric Saint-Pierre a couru le demi-marathon en 1 heure 33 et René Pelletier en 4:27:47. Lisianne Gadoury, de son côté, a couru le marathon en 3:43:23 et Gaétan Joyal en 4:07:07.

Prochaine semaine

Les deux prochaines semaines seront en mode récupération. Pour cette semaine, un peu de jogging à partir de mercredi ou jeudi. À partir de la semaine du 9 septembre, je recommencerai le travail spécifique en vue de mon dernier marathon de l'année, soit celui de Manchester le 4 novembre 2012.



samedi 25 août 2012

Les Deux-Rives 2012 en vue.

Le jour J de mon marathon fétiche est presque arrivé. Je suis à la veille du  Marathon des Deux-Rives 2012.

Bien que j'en sois à mon 76ième marathon à vie, je suis toujours aussi excité à l'approche d'un marathon. Cependant, j'essaye toujours de trouver des méthodes afin de mieux gérer cette dernière semaine.

Avant cette année, je prenais toujours 2 à 3 journées sans courir afin de faire le plein d'énergie. Comme il faut aussi faire le plein d'hydrates de carbone dans les 3 dernières journées, j'avais souvent des sensations de lourdeur. Cette année, avant le Sugarlaof marathon en mai dernier, j'ai testé une autre méthode,  soit de maintenir mes 6 sorties par semaine mais avec un kilométrage très réduit et une intensité très faible. J'ai trouvé que je me sentais mieux dans les trois dernières journées, plus détendu et plus concentré. J'ai l'impression de ne pas changer ma routine de course tout en me reposant.

Donc, ma dernière semaine s'est déroulé comme suit:

Dimanche le 19 août: une dernière longue sortie de 23 km où était incluse une séance de  5 X 1km au pace 10km, chaque kilomètre étant séparé par 1km plus lent. Il s'agissait de la dernière séance difficile.

Mardi 21 août, Mercredi 22 août, Jeudi 23 août, Vendredi 24 août et Samedi 25 août: à chaque jour, une petite sortie de 5km entre 60 et 65 % de la FCM, certaines étant même en bas de 60 %.

Même résultat qu'avant Sugarloaf: je me sens très bien et détendu. Au surplus, ces petites sorties me permettent de bien me concentrer sur l'épreuve du marathon.

Salon du coureur

Cette année, le salon du coureur était ouvert à partir de midi le vendredi précédant le marathon au lieu de 17:00 heures. J'y suis donc passé au milieu de l'après-midi.

Dès l'entrée dans la salle au Centre des Congrès, j'ai rencontré mon ami Yvon qui était, par pur hasard, bénévole à la table qui correspondait à mon numéro de dossard:


Après être allé saluer mon ami Rénald qui travaillait à une table voisine, je me suis dirigé vers l'endroit où on vérifie le bon fonctionnement de la puce électronique intégrée au dossard:


Immédiatement après, se trouvent les tables où les bénévoles nous remettent notre t-shirt et notre sac du coureur:


Comme toujours, l'organisation est impeccable et les bénévoles efficaces. La visite se termine par les exposants habituels:


Je suis donc prêt pour mon 15ième marathon des Deux-Rives ( en fait 14ième parce que l'Ouragan Irène nous a forcé à faire un demi-marathon en 2011):


Je suis fier d'avoir complété toutes les éditions de ce marathon ( sur 42.2km ) et de faire partie des persévérants qui sont indiqués au guide à chaque année ( 5ième nom à partir du bas ):


Le marathon des Deux-Rives n'est pas mon marathon fétiche pour rien. Je vous reviendrai dans mon prochain billet avec la description de ma journée du 26 août.

lundi 20 août 2012

Affûtage

Je vous ai parlé, dans mon dernier billet, du taper, soit de cette diminution dans mon kilométrage à l'approche du marathon.

Bien qu'il faille arriver au marathon bien reposé, il faut aussi garder un minimum de vitesse. C'est pourquoi on parle d'affûtage:



Durant ma semaine du 12 août, j'ai gardé mes séances de qualité du mardi et du jeudi mais elles ont été plus courtes dans le but d'arriver affûté le jour du marathon. De plus, la longue sortie du 19 août a été axée sur l'affûtage. Voici le détail:

Dimanche 12 août: une longue sortie de 27 km avec le groupe au Centre Lucien-Borne;

Mardi 14 août: une séance d'intervalles de 3 X 1km avec 400 mètres de récupération. J'ai gardé les paces assez rapides pour moi: 4:59, 4:54 et 4:54. Total pour cette journée avec le réchauffement et le retour au calme: 9km;

Mercredi 15 août: une sortie relax de 9km dans le sentier du Parc linéaire de la rivière St-Charles et sur les pistes cyclables des Boulevards St-Jacques et Chauveau;

Jeudi 16 août: un tempo run de 4km à 5:20\km, soit 10 secondes au kilomètres plus lent que mon pace demi-marathon. J'ai fait 9km avec le réchauffement et le retour au calme

Vendredi 17 août: une sortie relax de 8 km dans le sentier du Parc linéaire en direction de Loretteville avec le traditionnel passage dans la petite vallée de la Chute Kabir-Kouba. Je suis revenu à la maison par la rue de l'Hôpital, soit une longue descente spécifique à certains passages du Marathon des Deux-Rives;

Samedi 18 août: une sortie en endurance de 8 km sur route.

Total pour la semaine du 12 août: 70 km, soit 45 km de moins que deux semaines auparavant.

Longue sortie du 19 août

Notre ami Roger Goulet connaît bien l'affûtage. À une semaine du marathon, il nous a dirigé vers les Plaines d'Abraham sur un parcours balisé de 10km que nous avons couru 1km rapide - 1km lent.

Après un réchauffement d'un peu moins de 5km que nous avons fait à 7:30 heures, nous étions 15 pour débuter cette séance sur la piste cendrée de 1400 mètres face au Musée:



Nous sommes parti comme en compétition, ce qui ajoute du plaisir à cette séance:


Une fois le départ donné, chacun y est allé à son rythme. Roger nous avait pourtant parlé de pace marathon mais c'est au moins au pace 10km que nous avons couru. De mon côté, je me suis retrouvé en milieu de peleton avec Claude Létourneau et nous avons travaillé ensemble durant toute la séance.

Le premier kilomètre rapide a été fait sur la piste de 1400 mètres. Je l'ai fait  à 4:59/km et pourtant, il y avait un faux-plat montant face au Musée. Nous nous sommes tous attendus pour le kilomètre lent. En passant, les kilomètres lents n'étaient pas trop lents et le pace ressemblait à celui du marathon.

Pour les autres kilomètres rapides, nous partions à chaque borne sans nous attendre.Il y avait regroupement avant tous les kilomètres lents Les deuxièmes et troisièmes kilomètres rapides comportaient de bonnes côtes. Je les ai courus sur des paces de 5:04/km et 5:09/km. Voici notre coach Roger (à droite) terminant le deuxième kilomètre rapide avec André Angers dans la côte de l'Avenue Ontario:


Le quatrième kilomètre rapide était le seul sans aucune côte ou faux-plat montant. Je l'ai donc couru plus rapidement que les autres ( 4:45/km). Il se terminait sur la grande Allée:


Le clou de l'entraînement était à venir. Nous avons d'abord descendu l'avenue de Laune dans notre kilomètre lent. Nous nous sommes retrouvés, au bout de cette avenue, dans la côte Gilmour:


C'est là que nous avons commencé notre dernier kilomètre rapide. Il s'est fait essentiellement en montant une côte comportant une pente assez abrupte pour se terminer sur la piste cendrée des Plaines d'Abraham. C'est le seul kilomètre rapide que j'ai couru au pace marathon ( 5:43/km ) !

Toute une séance d'affûtage cet entraînement ! Nous avons terminé notre longue sortie plus lentement en allant jusqu'à la rue Maguire pour revenir jusqu'au Centre Lucien-Borne. J'avais 23 km au compteur sur ma montre Garmin à l'arrivée.

Prochaine semaine

Il ne reste qu'une semaine avant le marathon des Deux-Rives qui sera tenu le dimanche 26 août. Je ne ferai que de courtes sorties et aucune intensité afin d'arriver bien reposé le jour J.  Je ferai aussi le plein d'hydrates de carbone à partir de jeudi.

lundi 13 août 2012

Taper

À trois semaines du marathon des Deux-Rives, l'heure du taper est arrivé. Cette expression anglaise est utilisée pour parler de cette diminution du volume d'entraînement qui nous permet d'arriver avec un surplus d'énergie la journée de la compétition.

Mon kilométrage hebdomadaire est donc passé de 115 km dans la semaine du 29 juillet à 80 km dans la semaine du 5 août. Pour ce faire, j'ai coupé de 6 km mes sorties journalières. Voici donc le déroulement de ma dernière semaine:

Dimanche 5 août: une sortie de 30 km avec mon groupe du Centre Lucien Borne dans une chaleur et une humidité importante;

Mardi 7 août: 10 km dont une petite séance d'intervalles de 4 X 800 mètres:


Mercredi 8 août: 10 km relax dans le sentier du Parc linéaire de la rivière St-Charles vers le sud jusqu'à la sortie Arseneault et retour sur route;

Jeudi 9 août: 10 km dont un tempo de 5 km  à 5:10/km qui est mon pace demi-marathon.

Vendredi 10 août: 10 km relax dans le sentier du Parc linéaire jusqu'au Château d'eau et retour sur route. Le Château d'eau se trouve à Loretteville près de la rivière St-Charles. C'est à cet endroit que fut érigée la prise d'eau devant servir pour le premier réseau d'aqueduc de la ville de Québec au 19ième siècle. Voici son aspect actuel:


Samedi 11 août: 10 km en endurance dans l'Ancienne-Lorette;

De façon générale, malgré un total de 80 km, cette dernière semaine m'a paru facile. Les jambes étaient plus légères avec 35 km de moins dans la semaine. J'ai vu l'effet du taper rapidement. Cependant, côté intensité, j'ai gardé les mêmes paces et j'ai continué à bien faire tourner les jambes.

Longue sortie du 12 août

Le temps était pluvieux pour cette longue sortie mais aussi très humide comme depuis quelques semaines. Nous étions huit au Centre Lucien Borne autant pour le réchauffement de 7:15 heures que pour la portion principale de l'entraînement à 8:15 heures. Cette partie s'est faite en direction ouest sur le Boulevard du Versant Nord où nous avons couru sur la piste cyclable:


Roger Goulet avait choisi ce parcours pour la côte de la rue de Brabant le long de l'autoroute Duplessis afin de faire un entraînement plus spécifique en vue du marathon des Deux-Rives:


Nous sommes revenu par le Chemin Ste-Foy avec un détour par le PEPS ( Pavillon de l'éducation physique et des sports de l'Université Laval ) afin de remplir nos bidons d'eau. Cela nous a donné l'occasion d'emprunter un sentier asphalté sur le terrain de l'Université Laval:


Nous avons retrouvé, un peu plus loin, le Chemin Ste-Foy. Avec ce temps très humide, il fallait bien s'hydrater comme le démontre Rénald qui avait fait 5 km de plus avant 7:15 heures et qui allait boucler 32 km pour cette sortie:


Quant au coureur qui va dans la direction opposée, il s'agit de Claude qui fait régulièrement des retours pour aller chercher ceux qui sont en arrière. C'est un des éléments qui fait la force de notre groupe. Nous nous regroupons à plusieurs points du parcours. On peut courir à notre rythme parfois avec d'autres ou parfois seul mais nous commençons ensemble et terminons ensemble.

Pierre Convert

Ce groupe compte trois coureurs ayant plus de 100 marathons à vie dont deux ayant plus de 200 marathons à vie. Ils font partie partie du club CentOr qui regroupe les coureurs québécois ayant franchi cette barrière du 100ième marathon à vie.

Jean-Yves m'a relay,  la semaine dernière, le site de Pierre Convert, coureur français que je connaissais déjà par le site de Philippe Thuret, dit le Pinkrunner.

Pierre court de nombreux marathons avec sa conjointe. Ils aiment courir déguisés. Pierre vient de franchir la barrière importante du 100ième marathon à vie au mois de juillet dernier. Comme il ne fait pas les choses à moitié et comme les autres, il a choisi un marathon dans les Alpes suisses pour faire son 100ième marathon. Voici, son reportage vidéo:


Pierre Convert filme tous ses marathons avec une caméra Go Pro. Je vous donne le lien de son site où se trouve le récit, les photos et les films de tous ses marathons: http://www.pconvert.fr/index.html

Prochaine semaine

Je vais poursuivre ma période de taper en vue du marathon des Deux-Rives que je courrai dans deux semaines en baissant mon kilométrage de 10 kilomètres. Et surtout, je continuerai à garder le sourire :)

lundi 6 août 2012

Aller plus loin

J'atteins toujours le pic de mon entraînement marathon dans la quatrième semaine précédant le jour X. Je courrai le marathon des Deux-Rives le 26 août et je viens de traverser cette semaine importante.

Au surplus, j'ai complété ma plus grosse semaine de l'année 2012 en terme de kilométrage, soit 115km. J'ai fait 5km de plus que lors de ma préparation pour le Sugarloaf marathon que j'ai couru en mai dernier. Voici, comment ces 115km ont été répartis:

Dimanche 29 juillet: une longue sortie de 35km effectuée avec mon groupe du Centre Lucien Borne; il s'est agi de ma plus longue sortie en vue du marathon des Deux-Rives;

Mardi 31 juillet: 16 km, dont une séance d'intervalles de 7 X 1km avec 400 mètres de récupération. Les paces sur mes kilomètres rapides: 5:23, 5:08, 5:04, 5:01, 4:56, 4:58 et 4:57;

Mercredi 1er août: 16 km en mode récupération dans le sentier du Parc linéraire de la rivière St-Charles, secteurs Chauveau sud et Les Saules avec retour par la route;

Jeudi 2 août: 16km dont un tempo run de 10 km à un pace moyen de 5:14/km;

Vendredi 3 août: 16km en endurance dans le sentier du Parc linéraire de la rivière St-Charles en direction de Loretteville; comme dans la semaine précédente, je suis allé jusqu'au Boulevard de la Colline et j'ai pu pratiquer la section technique où il y a des pavés; je suis revenu par la route;

Samedi 4 août: 16 km en endurance sur route; j'ai emprunté un parcours que je n'avais pas fait depuis longtemps passant par la route de l'Aéroport; cette portion de route entre Val-Bélair et l'Ancienne-Lorette passe à travers champs et nous donne l'impression de courir en pleine campagne :)

Curieusement, cette semaine de 115 km m'a paru plus facile que celle de 105 km du 22 juillet au 28 juillet. Il faut croire que mon corps s'est adapté à ce nouveau plateau de kilométrage.

Parc linéaire


Lors de ma sortie du 1er août, j'ai pris quelques photos dans les secteurs Chauveau sud et Les Saules du Parc linéaire de la rivière St-Charles.

Premièrement, comme il n'a presque pas plu de l'été, le niveau de la rivière est anormalement bas. On peut le voir sur cette photo prise du haut de la passerelle Les Saules:


Quoiqu'il en soit, le parc linéaire est pour moi un hâvre de paix où j'en profite pour décompresser lors de de mes journées faciles. Voyez le magnifique secteur l'Estacade qui se trouve entre le secteur Chauveau sud et le secteur Les Saules:



Lors de cette sortie, j'ai continué jusqu'au secteur Les Saules et je suis sorti du sentier pour reprendre la route près de la Maison Gomin:



Longue sortie du 5 août 


Ma longue sortie de groupe est toujours une fête pour moi. Je suis allé rejoindre mes amis au Centre Lucien Borne pour 7:15 heures.

Nous étions 7 pour la portion réchauffement. Mon ami André Angers avait déjà 11 km, ayant commencé à 6 heures afin d'éviter la chaleur pour compléter sa distance de 30km. Cependant, le mercure affichait déjà 20 C à cette heure là.

Cette longue sortie a donc été faite sous la chaleur et l'humidité. Après le réchauffement de 8 km, nous étions 8 pour la partie principale de l'entraînement. Nous avons choisi de courir dans les rues de Sillery avec un détour dans le Bois-de-Coulonge:


Un peu plus loin dans Sillery, quelques amis ont décidé de retourner à l'écurie et nous nous sommes retrouvé quatre. Nous avons continué vers l'ouest et sommes revenu vers l'est en direction du Centre Lucien Borne où nous avons laissé un ami. J'avais alors 25km au compteur. J'ai terminé avec mes amis Jean-Yves et Claude car nous voulions aller à 30km à 3 semaines du marathon des Deux-Rives:



Malgré cette chaleur écrasante, j'ai complété mon 30km tout en contrôle en m'hydratant au maximum et en continuant d'appliquer ma stratégie d'alimentation ( une barre tendre à chaque heure ), ce qui me permet d'éviter les coups de barre et d'avoir une belle énergie tout au long de la sortie. De plus, j'ai surveillé constamment ma FC sur ma Garmin pour qu'elle ne monte pas trop quoique la chaleur et l'humidité faisaient leur travail de ce côté là. Mon 30km a donc été couru à un pace moyen de 6:30/km, soit un pace relativement lent en ce qui me concerne.

Course de l'Isle-aux-Coudres


Il y avait moins d'amis au Centre Lucien Borne parce que certains avaient participé, la veille, à une course de 23 km faisant le tour de l'Isle-aux-Coudres:


Voici leurs performances:

- Denis Babin: 1:58:01
- Denis Duchesne: 2:02:06
- Rénald Bouchard: 2:06:45
- Magalie Bellefeuille: 2:09:36;
- Roger Goulet: 2:19:16;
- Gilles Lamontagne: 2:30:24
- Yvon Gagné: 2:31:03

Il s'agissait de la deuxième édition de cette course. Je n'y ai pas encore participé mais j'ai déjà effectué le tour de cette isle à l'entrainement avec Paul Lajoie, un coureur qui y réside. Je peux vous dire que le détour en vaut la peine.

Prochaines semaines


Mon taper commence et c'est le temps de diminuer le kilométrage en vue du marathon des Deux Rives qui sera tenu le 26 août. Je me suis donc fixé comme programme le kilométrage suivant:

Semaine du 5 août: 80 km;
Semaine du 12 août: 70 km;
Semaine du 19 août: 45km

Je maintiendrai mes intervalles du mardi et mon tempo du jeudi afin de bien faire tourner les jambes. Cependant,  les répétitions seront moins nombreuses le mardi et la durée du tempo moins longue le jeudi.

Dans la prochaine semaine, j'essayerai aussi de suivre le plus possible les compétitions d'athlétisme des Jeux olympiques de Londres :)