Follow by Email

lundi 17 octobre 2011

Deuxième semaine post Rimouski


Je commence la troisième semaine du mois de récupération que je prends à chaque année après mon marathon annuel.

J'ai couru six fois du dimanche 9 octobre au samedi 15 octobre pour 52 km dans ma semaine. Vous vous demandez pourquoi je parle de récupération alors que je sors six fois par semaine ? C'est que j'aime courir et surtout, courir l'automne. Cette saison est, à mon avis, la plus belle pour faire de la course à pied. Cependant, même à six fois par semaine, c'est vraiment de la récupération. Durant la semaine, je n'ai fait que des sorties de 5-6 kilomètres sauf jeudi où j'ai allongé à 9 kilomètres. Et le rythme a été très relax. Aucune intensité de quelque forme que ce soit.

Ma plus belle sortie est toujours celle du dimanche que je fais en groupe avec la «gang du Centre Lucien-Borne». Cependant, pour dimanche le 16 octobre, j'ai hésité toute la semaine entre aller faire la dernière compétition sur route dans la région de Québec, soit le Défi du Tour du Lac Beauport ou faire ma longue sortie du dimanche avec mes amis. Au Lac Beauport, c'était trois fois le tour du Lac sur une route en montagnes russes pour un total de 18km et pour ma longue sortie, à peu près la même distance. Samedi le 15 octobre, je n'étais toujours pas décidé. Depuis vendredi, la température était moche et on annonçait de la pluie pour toute la fin de semaine. Je me suis couché en me disant que je déciderais dimanche matin.

En me levant, dimanche, les conditions climatiques étaient toujours exécrables. J'avais entendu de grosses averses tomber durant la nuit et elles allaient continuer à s'abattre sur la région pour toute l'avant-midi. Finalement, j'ai opté pour laisser tomber la compétition. J'irais donc rejoindre mon groupe.

Nous étions sept pour cette sortie sous la pluie: Magalie Bellefeuille, Yvon Gagné, Renald Bouchard, André Angers, Denis Maheux, Camilien Boudreau et moi-même. Camilien avait décidé, lui aussi, de ne pas faire le Défi du Tour du Lac Beauport qu'il avait fait l'année dernière. Avant le départ, ça parlait de Rimouski. 

Yvon et Renald, étant parti du secteur Maizerets pour nous rejoindre, avaient déjà couru 45 minutes. Nous avons donc décidé d'aller les reconduire à leur point de départ et de revenir par après. Voici donc le parcours effectué:



Pour nous rendre jusqu'à Maizerets, nous avions le vent dans le dos et la pluie ne nous dérangeait pas trop. Mais après avoir laissé Renald et Yvon, ce fut plus désagréable au retour avec le vent de face. D'autant plus que la pluie avait augmenté. Nous avons alors opté de ne pas revenir par la piste cyclable le long de la Rivière St-Charles jusqu'à la rue Marie-de-l'Incarnation compte tenu de ce vent de face et de se diriger plutôt vers le Boulevard Champlain. Ainsi, nous pourrions de nouveau bénéficier d'un vent de dos entre la Gare-du-Palais et le début du Boulevard Champlain.

Petite surprise par contre ! Magalie proposa de monter le grand escalier du Cap Blanc. Il y avait des lunes que je ne l'avais pas monté. C'est le plus long escalier de Québec avec ses 389 marches:




Donc, après avoir parcouru une partie du Boulevard Champlain, nous sommes arrivé au pied de ce magnifique escalier. Nous avions déjà 14 kilomètres au compteur. J'ai décidé d'arrêter ma Garmin pour la durée de la montée jusqu'aux Plaines d'Abraham afin de ne pas fausser le pace moyen qui était enregistré sur ma montre. Par contre, comme j'avais ma ceinture de pulsations cardiaques, je pourrais ainsi mesurer l'effort fait d'une certaine façon.

J'ai donc grimpé l'escalier en marchant rapidement mais sans arrêt. J'ai senti rapidement mes quadriceps et mes mollets. Quant au rythme cardiaque, plus je montais, plus les pulsations montaient. Lorsque j'arrivais sur un palier, je joggais jusqu'au début de la série suivante de marches. Finalement, j'ai rejoint mon ami Denis Maheux qui paraissait surpris de me voir  derrière lui en haut de l'escalier. Mes pulsations étaient alors à 182. 220 moins mon âge (52 ans ) devrait donner 168. J'ai toujours été plus résistant qu'endurant. Cette montée d'aujourd'hui le confirme.

Les quatre derniers kilomètres m'ont paru relativement faciles malgré l'effort que j'avais donné dans l'escalier. C'est comme si j'avais décrassé le moteur. Finalement, nous avons fait un beau 18km  qui a passé rapidement comme à l'habitude. Une moyenne de 6:04 minutes au kilomètre avec certaines variations qui ne m'ont pas parues difficiles:




Nouvelles de Gilles Lamontagne et Roger Goulet

Mes deux amis «multi-marathoniens», pendant ce temps-là, avaient fait le voyage à Bar Harbor, Maine, pour aller courir le Mount Desert Island Marathon. Il s'agit d'un marathon couru dans un décor rural magnifique, parcours assez côteux toutefois:




Nos deux comparses ont terminé, dimanche le 16 octobre,  dans le même temps, soit 4:17:18, Roger pour une première place chez les 70-74 ans et Gilles une troisième chez les 65-69 ans. Roger en était à son 240ième à vie et Gilles à son 201ième. Toutes mes félicitations !

Gilles Lamontagne, avec sa casquette jaune, et Roger Goulet à son côté terminant le marathon:





Roger et Gilles et leurs épouses respectives, Lise et Lorraine, pour la traditionnelle photos des médailles et plaques dans leur catégorie:



Magalie Bellefeuille

À l'entrainement,  Magalie me faisait remarquer que j'avais erré dans mon dernier billet en écrivant qu'elle courrait depuis les années 90. J'étais resté sur l'impression qu'elle avait commencé vers 1998-1999 au moment où j'ai arrêté de m'entrainer avec La Foulée et le groupe de Roger Goulet. En fait, Magalie a commencé à courir en 2002. Par contre, je ne me trompais pas en disant qu'elle était une marathonienne d'expérience. Elle a une vingtaine de marathons à son actif.

À venir

Mes deux prochaines semaines complèteront ma récupération post marathon. Elles devraient ressembler à celle que je viens de compléter. Les températures, à 5:00 heures du matin, devraient être plus fraiches. Encore bien du plaisir en perspective...

2 commentaires:

  1. C'est ce qu'on appelle de la récup active!
    240, 201 et toi près de 80 Marathon mais comment faites vous, on vous paye pour courir ou quoi? ;-)
    BRAVO pour cette belle saison et pour tous ces partages

    RépondreSupprimer
  2. Un bel enchaînement de compétitions. De vrais passionnés. Et j'aime le nouveau format de ton blogue.

    RépondreSupprimer