Follow by Email

dimanche 19 juin 2016

10 km de la Course des pionniers 2016


Je n'avais pas couru de 10 km en compétition depuis le 10 km de Lévis le 3 juillet 2015.

J'essaye à chaque année de me tester une ou deux fois sur cette distance pour voir si je suis toujours capable de pousser. Avec toute l'endurance que je fais, il n'y a jamais de problème à courir un 10 km intense. Sauf que cela reste difficile à chaque fois.

Pour mon premier 10 km de l'année 2016, j'avais donc choisi la Course des pionniers à l'Islet:



Durant la  semaine du 12 juin 2016, j'avais 66 km à couvrir selon le programme que je me suis fait en vue du marathon SSQ Lévis-Québec que je courrai le 28 août prochain. J'ai donc bâti ma semaine autour de la Course des Pionniers qui se tenait samedi le 18 juin.

Après ma longue sortie de 25 km avec le zoo dimanche le 12 juin, j'ai effectué quatre courtes sorties du mardi 14 juin au vendredi 17 juin, soit 8 km le mardi et 7 km les autres jours. Des sorties relax sauf les passages dans les escaliers lors de mes deux sorties dans le Parc linéaire les 14 et 16 juin. J'ai aussi maintenu mes 3 séances de musculation que j'ai faites les 13 juin, 14 juin et 17 juin.

Je n'ai pas été dans les meilleures conditions physiques durant cette semaine du 12 juin. Un rhume ,qui avait commencé la semaine précédente, s'éternisait. Un mal de gorge durant le jour et la toux en soirée m'ont dérangé toute la semaine.

Le samedi 18 juin, j'avais encore un peu mal à la gorge. Cependant, il était hors de question que je ne me présente pas à l'Islet pour ce 10 km. Je m'étais inscrit par internet le lundi 13 juin et j'avais pris un arrangement avec Jean-Yves Sanfaçon, un ami du zoo, qui devait venir faire cette course avec moi. Pour lui, les 10 km sont des courses pour enfants... Et comme, on a toujours un coeur d'enfant...

Donc, le 18 juin, je suis allé chercher mon ami Jean-Yves et nous nous sommes rendu à L'Islet, à plus ou moins 1 heure de Québec. Le départ de la course était fixé à 10 heures. Météomédia annonçait 19 C pour 10 heures. La journée était magnifique avec un beau ciel bleu.

Arrivés à l'Islet, nous avons pu nous stationner près de ligne d'arrivée sur un terrain privé. Le propriétaire avait permis aux coureurs d'envahir son terrain. Le secteur de la  ligne d'arrivée était encore tranquille:



Après avoir récupéré nos dossards dans l'école qui servait de quartier générale à la course, nous avons assisté au départ de la course de 1km, véritable course pour enfants:




Ils sont beaux à regarder courir. Sur ces courses, on assiste à des départs en coups de canon.

Les autobus que l'on voit sur les photos sont ceux qui nous amenaient à la ligne de départ du 10 km. Le parcours était une ligne droite de l'est vers l'ouest sur la route 132 le long du fleuve St-Laurent:


Avant de se rendre à la ligne de départ, nous avons fait un petit réchauffement de 2 km sur le dernier kilomètre de la course, question de voir comment les jambes se comportaient.

Pendant le petit voyage à la ligne de départ, j'ai pu converser avec Jean Gauthier, un excellent coureur Vétéran III qui est encore capable de courir le 10 km en bas de 40 minutes. Jean m'a mentionné, par contre, que c'est de plus en plus difficile avec les années.

Les autobus nous ont débarqué à la ligne de départ même:



Le départ a été donnée èa 10:11 heures. La température était de 21 C avec un assez bon vent de face qui m'a fait travailler fort durant toute la course.

Après un premier kilomètre en 5:00 minutes, j'ai du me réajuster compte de ce vent de face. J'ai couru aux sensations mais toujours à la limite pour rester régulier dans l'effort. J'ai d'ailleurs dépassé plusieurs coureurs comme à l'habitude. Un seul m'a dépassé.

Mes splits ont été de 5:00, 5:14, 5:09, 5:09, 5:30, 5:23, 5:35, 5:20, 5:22 et 5:11. Mon effort a été honnête tout le long. J'ai terminé la course en 52:55, au 71ième rang sur 173 à un pace moyen de 5:17. Je ne pouvais faire mieux avec ce vent. Au surplus, le parcours comporte quelques bons faux plats montants. Je suis donc satisfait de ma course.

Mon ami Jean-Yves a terminé devant moi en 48:32 au 41ième rang. Il était, lui aussi, satisfait de sa course.

Après la course, nous n'avons pas pu nous doucher, les douches n'étant pas disponibles. Nous avons du nous changer dans les toilettes de l'école. Par contre, nous avons eu droit à un repas spaghetti. Pour 35 $, je trouve que le tarif était raisonnable vu ce repas, le porte-clé qu'on nous remettait avec notre dossard et la médaille à l'arrivée. Au surplus, l'organisation de cette course est impeccable et très bien rodée depuis plusieurs années. Quant au parcours, il est très beau avec de magnifiques points de vue sur le fleuve St-Laurent:



Je vous recommande donc cette course sans hésiter.

1 commentaire:

  1. Je trouve ça difficile de faire un 10 comme coureur d'endurance. C'est donc un beau défi que vous avez relevé. Félicitations !

    RépondreSupprimer