Follow by Email

lundi 15 juin 2015

Demi-marathon de Saint-Raymond

J'ai participé, dimanche le 14 juin, à ma deuxième compétition de l'année 2015 lors du demi-marathon de Saint-Raymond.

Cette course fait partie du circuit MEC (Mountain Equipment Company).À Québec, il y a cinq évènements dans le circuit et Saint-Raymond était le troisième. C'était la première fois que je faisais une course de ce circuit. Je dois vous dire que j'ai été attiré par le faible coût chargé pour l'inscription par rapport aux courses des autres circuits. À 20 $, c'est une aubaine. Par contre, pas de gilet ni de médaille.  De toutes façons, j'en ai plusieurs à la maison.

Mon ami Jean-Yves Sanfaçon était aussi intéressé à faire le demi-marathon. Le 14 juin, je suis passé le prendre vers 6 heures 45. Saint-Raymond-de-Portneuf est un village à 45 minutes de Québec et le départ du demi-marathon était à 8:30 heures.

Nous sommes arrivés vers 7:30 heures. Nous pouvions nous stationner sur les stationnements des commerces ou dans les rues avoisinantes. Il y avait plusieurs courses au programme, soit le demi-marathon, le 10 km, le 5 km, le 2 km et le 1 km mais avec des heures différentes de départ. Le quartier général de l'événement se trouvait au Centre communautaire de Saint-Raymond:


C'est dans cet immeuble que nous avons récupéré notre dossard:



Il y avait une puce intégrée et le chronométrage était assuré par Sporstats. Nous n'étions que 74 pour le demi-marathon, soit 23 femmes, 51 hommes.  Les organisateurs avaient installé leurs tables près du centre communautaire:


Le départ et l'arrivée étaient au même endroit juste un peu plus bas que le camion blanc que l'on voit sur la photo du haut.

Jean-Yves et moi avons fait un petit réchauffement d'environ 2 km autour de cet endroit. Comme nous nous étions bien hydraté, nous avons profité des toilettes du Centre communautaire. Il n'y avait aucun file d'attente avec le peu de coureurs.

Le coup de départ a été donné à l'heure précise . L'organisation était bien rodée. C'était la troisième année. La température était de 17 C et elle a monté de quelques degrés durant la course.

Mon objectif était de faire un chrono sous les deux heures. C'était ambitieux pour moi car il y avait deux bonnes côtes sur ce parcours loin d'être facile:


Il me fallait tenir un pace moyen de 5:41/km pour passer sous les deux heures. Je suis parti autour de 5:30/km et j'étais confortable. J'avais de très bonnes sensations et je m'en suis rendu compte dès le réchauffement. Tout le contraire du marathon d'Ottawa. C'est ça la course à pied. On prend part à un gros événement préparé depuis des mois et les bonnes sensations ne sont pas au rendez-vous. On se présente à un petit événement sans pression et elles le sont.

J'ai maintenu mon pace pour les  trois premiers km. J'étais dans un peloton de quelques coureurs. La première côte est arrivé dans le quatrième km . Elle était longue. En fait, presque tout le km. Mon quatrième km a été couru en 6:10 et mon pace moyen a chuté à 5:49/km. Je me suis alors dit que je pouvais oublier la barre des deux heures.

Je me suis mis à courir aux sensations. Les tables de ravitaillement étaient régulières, à chaque trois km environ. Je prenais soin de bien m'hydrater. Surprise, il y avait même des gels Clif Shot:


J'en ai pris un au 11ième km et un autre au 16ième km. Les sensations étaient plus que bonnes, elles étaient excellentes. Je rejoignais des coureurs et je les dépassais. Après la côte du quatrième km, mon pace est revenu dans les 5:30/km et mon pace moyen de 5:49/km est redescendu graduellement. J'étais dans une grande journée. Je me sentais solide.

J'ai couru mon dernier km en 4:58, j'avais beaucoup d'énergie (les photos qui suivent, sauf une, sont une gracieuseté de Jean-Yves):



J'ai franchi la ligne en 1:58:45, mission accomplie:



J'ai terminé au 49ième rang, 5ième sur 10 dans la catégorie 50-59 ans. Quant à Jean-Yves, il a terminé en 1:46:40, au 26ième rang, 1er chez les 50-59 ans:


Malheureusement pour lui, il n'y avait pas de médaille pour les catégories, seuls les trois premiers hommes et femmes en avaient pour chaque course, ce qui est correct aussi. Jean-Yves et moi étions bien satisfaits de nos performances:


Nous recommandons cette course. L'organisation est efficace. Le parcours est magnifique, il est dans la nature et nous passons près du Lac Sept-Iles. À l'arrivée, il y avait des bananes, des biscuits, des barres des tendres et des jus, soit ce qui était nécessaire. Il y aurait juste à améliorer les postes d'eau avec des verres plus grands.

Il est même probable que je prenne part à d'autres événements du circuit MEC.

1 commentaire:

  1. Félicitations pour ton demi ! C'est vrai que le gel donne de l'énergie. j'en ai pris 7 lors de mon dernier marathon. Cela permet de terminer en force.

    RépondreSupprimer