Follow by Email

dimanche 15 décembre 2013

Semaine du 8 décembre

Comme je venais de terminer un premier cycle d'entraînement dans la semaine précédente, la semaine du 8 décembre en a été une un peu plus légère question de bien assimiler la progression que je venais de compléter.

J'ai donc baissé mon kilométrage hebdomadaire à 50 km et diminuer le nombre de répétitions rapides lors de ma séance d'intensité. Voici, le résumé de cette semaine du 8 décembre:

Dimanche le 8 décembre: une sortie de 20 km avec le zoo et que j'ai décrite dans le billet précédent.

Mardi le 10 décembre: c'était le lendemain d'une tempête. La température était douce avec -1 C. Les déneigeuses avaient fonctionné toute la nuit et les routes étaient bien dégagées quoique glissantes. J'ai fait une petite sortie de 6 km à un pace moyen tranquille de 7:34/km.

Mercredi le 11 décembre: ma fille participait à un spectacle de musique dans la soirée du 10 décembre et ma nuit a été plus courte. Au lever, je n'avais pas le goût de sortir courir mais j'avais donné rendez-vous à Gilbert qui est venu me rejoindre chez moi. Nous avons complété une quatrième et dernière séance de minutes rapides en côte avec 10 X 1 minute. La plupart des côtes près de chez nous étaient glissantes sauf celle de la rue de l'Hôpital sur laquelle nous avons travaillée. Lors de la prochaine séance, on passe aux 400 mètres. Total de la sortie: 6 km.

Jeudi le 12 décembre: début d'une vague de froid. Le mercure affichait - 23 C, avec un ressenti de - 28 C. J'était content de ne faire que 6 km. J'ai fait une sortie sur route à un pace moyen de 7:04/km.

Vendredi le 13 décembre: en ce vendredi 13, c'était moins froid avec - 15 C. Je n'avais aucune énergie et les jambes pesantes. J'ai fait une autre sortie sur route, cette fois-ci dans Loretteville et en montant la côte de la rue Racine. Un 6 km à un pace moyen de 7:36/km.

Samedi le 14 décembre: c'était très froid avec - 28 C, ressenti - 35 C. J'ai couru sur quelques sentiers près de chez. Une sortie de 6 km à un pace moyen de 7:48/km.

Les animateurs du poste de radio que j'écoutais en courant parlaient d'une autre tempête pour le lendemain. Décidément, nous sommes embarqué rapidement et solidement dans l'hiver cette année.

Longue sortie du dimanche 15 décembre

J'ai entendu le vent siffler durant la nuit. Lorsque j'ai vu la poudrerie par la fenêtre, j'ai hésité à me rendre au Centre Lucien-Borne. J'ai vérifié l'état des routes sur le site du Minsitère des transports et ce n'était pas si pire. J'ai donc déjeuné, préparé mon matériel et pris la route.

J'ai un peu regretté ma décision dans ma voiture sur le Boulevard de l'Ormière mais pas question de rebrousser chemin:


Il fallait rouler lentement, les routes étant très glissantes. Je suis arrivé au Centre Lucien-Borne entre 7:30 et 7:45 et j'ai constaté que les voitures de mes amis ayant l'habitude de faire la première partie n'étaient pas sur le stationnement. Il y avait une déneigeuse qui nettoyait l'endroit:



Comme j'étais un peu en avance, j'ai décidé de faire un petit réchauffement de 3 km, question de voir l'état des chemins. Naturellement, c'était très glissant, mais ça, on commence à y être déjà habitué. Cependant, le vent de l'Est était très fort et frigorifiant. Le mercure était quand même à - 14 C sans le vent. Il était clair qu'il fallait choisir un parcours nord-sud afin d'avoir le vent de côté.

Après mon réchauffement, je suis entré quelques minutes dans le Centre Lucien-Borne pour voir si des amis se présenteraient pour 8:15 heures. Il n'y avait personne. Je m'étais donc résigné à courir seul. En sortant, un coureur est arrivé sur le stationnement. Je ne l'ai pas reconnu immédiatement car il portait un masque spécial pour se protéger du froid. En m'approchant, j'ai vu que c'était Camilien, le lièvre préféré du gardien. J'aurais donc un compagnon pour cette longue sortie. De plus, j'ai eu la chance qu'il court avec moi à mon pace de tortue. Il voulait se reposer du marathon intérieur qu'il avait remporté la semaine précédente.

Nous nous sommes donc dirigé vers le Nord par la Côte de l'Aqueduc et la rue Marie-de-l'Incarnation afin de rejoindre le Boulevard Hamel. Nous avancions à petites foulées sur cette surface très glissante. En direction Nord, nous avions le vent de côte, ce n'était pas si mal. Par contre, comme je voulais aller rejoindre la 3ième avenue ouest, nous avons du faire un petit bout sur le Boulevevad Hamel en direction est avec le vent de face et la poudrerie dans les yeux. Vraiment pas facile. Une fois la 3ième Avenue ouest rejointe, nous avons pu bénéficier du vent de côté. Ici, mon ami Camilien qui avait du tonus au coin de la 3ième Avenue ouest et de la 55ième Rue:


À cet endroit, nous avons tourné vers l'est pour aller rejoindre la 4ième Avenue est et la 3ième Avenue est dans Limoilou. Nous avons fait un détour par le Vieux-Québec en grimpant la côte Lamontagne. Cette côte n'est déjà pas facile sur l'asphalte, imaginez si c'est glissant. Quel travail cardio et musculaire !

Pour ma part,  j'ai complété une distance de 20 km à un pace moyen de 7:28\km. Du bon travail musculaire dans cette neige et surtout mental.

SaintéLyon

Pour rester dans le ton, une course hivernale de 75 km en nature dont le départ se donne à minuit. Le 8 décembre dernier, avait lieu la 60ième édition de la SaintéLyon, soit la plus ancienne course trail en France. Vous voulez voir un résumé de cette course mythique, cliquez ici .

7 commentaires:

  1. Oui, -28C et nous sommes toujours l'automne. Déprimant !

    RépondreSupprimer
  2. Toujours du gros volume par ici. Et une grosse motivation pour affronter le froid. On a eu bien chaud sur la saintélyon en comparaison ;-)

    RépondreSupprimer
  3. Un sacré mental et une sacrée belle volonté pour faire des sorties comme ça!
    Je t'envie moi

    RépondreSupprimer
  4. Outre la qualité de tes billets, ce que j'aime à la lecture de ton blog c'est la motivation qu'il peut me procurer. En effet, quand je lis les conditions climatiques dans lesquelles tu cours, on n'a vraiment pas à se plaindre en Belgique. Quand le temps est tristounet chez nous et n'incite pas au running, une pensée pour l'ami François et c'est parti !

    RépondreSupprimer
  5. Quel mental...sommes bluffés !
    J-claude Anna

    RépondreSupprimer
  6. Wow, -28° c'est du lourd, tu dois être drôlement motiver et courageux pour sortir avec un froid comme celui là :-)

    RépondreSupprimer
  7. François tu m'épateras toujours : toujours motivé pour courir sous des conditions aussi pourries !!!

    RépondreSupprimer