Follow by Email

dimanche 24 mars 2013

Augmentation du volume

La semaine qui a suivi la Course des Pichous ( 15 km ) du 16 mars dernier a été difficile au niveau musculaire.

Le parcours descendant de la Course des Pichous a laissé des traces sur mes mollets et mes ishio-jambiers. Cependant, les Pichous n'étant pas pour moi un objectif particulier mais plutôt une course que je faisais en passant dans mon plan marathon, il n'était pas question pour moi de m'éloigner du plateau où j'étais rendu dans mon kilométrage hebdomadaire, soit 90 km.

J'ai hésité entre prendre un repos le dimanche 24 mars et aller courir une distance de 20 km le lundi ou plutôt faire ce 20 km dimanche et me reposer le lundi. L'attrait du zoo étant plus fort que tout, je me suis présenté au Centre Lucien-Borne, dimanche le 24 mars mais uniquement pour la deuxième partie de l'entraînement dont le départ est donné à 8:15 heures.

Je suis d'abord allé tester l'état de mes jambes dans une rue près du Centre Lucien-Borne sur une distance d'un peu plus d'un kilomètres. Les muscles de mes jambes étaient très contractés et je n'avançais pas. Malgré tout, j'ai pris le départ à 8:15 heures avec le groupe et j'ai rapidement été distancé. Cela m'a permis d'admirer la meute du zoo de loin.

Cependant, après le premier regroupement, à environ 3 kilomètres du départ, les muscles étaient un peu plus réchauffés et j'ai pu rester en arrière du peloton. Je fus agréablement surpris. Roger avait prévu le parcours Versant Nord en vue du marathon de Boston. J'ai réussi à passer au travers. J'ai complété 23 km à un pace moyen de 6:36/km, ce qui était fort acceptable dans les circonstances et en ce jour de la Saint-Patrick comme notre ami Gerry nous l'a rappelé:


J'ai malheureusement payé ce double effort de fin de semaine. La journée de repos du lundi n'a pas suffi à replacer mes jambes. Il me restait 67 km à faire en cinq jours pour accomplir mon objectif de 90 km. La stratégie, celle qui m'a toujours bien servi, a été de faire mes distances mais très lentement. Donc, ce fut:

Mardi le 19 mars: 14 km à un pace moyen de 7:47/km.

Mercredi le 20 mars: 14 km à un pace moyen 7:59/km. Mère nature avait salué le printemps avec plus de 20 centimètres de neige. Même si j'avais chaussé mes yaktrax, c'était très difficile de courir vu que les rues et les trottoirs n'étaient pas déblayés. Après 4.5 km, j'ai vu que la rue Durand, longue d'un kilomètre et demi, était bien grattée et qu'elle n'était recouverte que d'une mince couche de neige. J'ai donc décidé de faire des aller-retour sur cette rue. Quand on veut, on peut.

Jeudi le 21 mars: 13 km à un pace moyen de 7:35/km avec la grosse côte de la rue de la Volières et du Boulevard des Cîmes à Neufchatel grimpée relax. Il y avait une petite neige bucolique qui tombait selon une animatrice de Radio-Canada. Moi, je trouve, qu'à ce temps-ci de l'année, il n'y a plus rien de bucolique la-dedans.

Vendredi le 22 mars: je suis allé rejoindre Gilbert au Parc Armand-Viau mais nous avons fait un entraînement de coqs paresseux sur une boucle passant par la belle passerelle Les Saules. Pour moi, une sortie de 14 km à un pace moyen de 7:28/km.

Samedi le 23 mars; j'ai voulu apporter du changement en faisant une autre portion du Parc linéaire de la Rivière St-Charles que je n'avais pas vu sous la neige.

J'ai donc pris mon véhicule et suis allé me stationner près de l'entrée du secteur Les Saules du Parc linéaire:



J'ai traversé les secteurs Les Saules et Duberger du Parc linéaire jusqu'au Boulevard Hamel:



Dans ces secteurs du Parc linéaire, la rivière St-Charles coule beaucoup plus calmement que dans les secteurs Chauveau Nord et Sud près de chez moi:


Il y a aussi quelques petits ponts qui enjambent la rivière comme celui-la:


Comme vous pouvez le constater, c'est encore très hivernal même si le printemps officiel est commencé:


J'ai donc complété une distance de 12 km soit un aller-retour de 6 km et entre le Boulevard Père Lelièvre et le Boulevard Hamel, toujours à un pace confortable de 7:39/km.

Bref, en cette semaine post-Pichous, j'ai augmenté mon kilométrage tout en essayant de récupérer avec des paces lents.

3 commentaires:

  1. L'hiver ne s'arrête décidément as chez toi et la motivation est toujours là chapeau l'ami!

    RépondreSupprimer
  2. Une stratégie qui semble bien te servir.

    RépondreSupprimer
  3. Je vois qu'il continue a faire bien blanc chez toi. J'espère que la fatigue musculaire ira vite mieux. Bonne continuation François.

    RépondreSupprimer