Follow by Email

lundi 19 février 2018

Winter Hudson Mohawk River Marathon 2018

Le premier objectif de l'année 2018 est maintenant atteint.

Il s'agit du Winter Hudson Mohawk River Marathon qui été tenu dimanche le 18 février à Albany dans l'état de New-York. J'avais déjà couru ce marathon à deux reprises dans les années 90 et je voulais revivre l'expérience. J'en avais parlé il y a 3 ans avec deux amis du zoo mais les blessures au genoux m'avaient empêché de faire une bonne préparation hivernale et de participer à cette course. Quant à mes deux amis, eux-aussi, ne l'avaient pas couru finalement. Jean-Yves, un des deux, avait même désigné cette course comme le marathon maudit.

Cette année, c'était le temps de régler le dossier. J'ai commencé à me préparer début décembre en augmentant mes longues distance et mon kilométrage. J'étais donc prêt. Cependant, pour conjurer le sort du marathon maudit, nous n'avons jamais prononcé le nom d'Albany. Le running joke était que nous irons faire du magasinage aux U.S.A durant la fin de semaine du 17 février.

Ma semaine qui a précédé le marathon en a été une de taper: 42 km, dont 22 km avec le zoo dimanche le 11 février et quatre petites sorties de 5 km du mardi au vendredi. Comme à l'habitude, j'ai commencé ma surcharge glucidique le jeudi.

Jean-Yves, gardien du zoo, m'a accompagné pour, lui aussi, prendre part à ce marathon.

Nous avions 6 heures de route pour nous rendre à Albany et nous sommes parti de Québec samedi le 17 février vers 7:00 heures. Comme à l'habitude, le voyage fut bien agréable.

Afin de rester dans la tradition du zoo, Jean-Yves avait réservé une chambre dans un Days Inn où l'on parle hindi et ce, afin de se mettre dans l'ambiance du pélerinage annuel des amis du zoo au marathon de Boston. Au surplus, l'hôtel était juste en face du campus universitaire d'Albany où se tenait le marathon.

D'ailleurs, après avoir pris possession de notre chambre, nous sommes allé faire une reconnaissance des lieux afin de nous préparer psychologiquement pour le lendemain. Voici, quelques photos des installations sportives sur ce campus universitaire:




Le marathon se courait sur cinq boucles. Il y avait ce plan du parcours sur le site internet du marathon:


Nous nous sommes un peu cassé la tête pour visualiser l'endroit du départ près des installations sportives. Il faudrait attendre au lendemain pour mieux comprendre.

Par la suite, nous avions un peu de temps pour se rendre au centre-ville d'Albany afin de faire un peu de tourisme:






Albany est la capitale de l'état de New-York. La petite marche d'une heure que nous avons faite en valait la peine pour la beauté des édifices. Par contre, le centre-ville était désert, comme plusieurs villes de fonctionnaires la fin de semaine.

Vers la fin de l'après, nous avons continué le running joke du magasinage en nous rendant à un grand centre commercial près de l'hôtel:



Nous avons surtout profité de ce centre commercial pour prendre notre dernier repas de pâtes avant le marathon:


Après cette grosse journée, il était temps d'aller se reposer pour la nuit à l'hôtel.

Dimanche 18 février: journée du marathon

Quelques centimètre de neige étaient tombés durant la nuit et le campus universitaire était blanc lorsque nous sommes allé prendre une petite marche vers 6:30 heures:


C'était quand même un marathon d'hiver.

Le départ du marathon était à 9:00 heures. Nous avons quitté l'hôtel vers 7:30 heures.

Nous nous sommes inscrits au marathon dans le pavillon d'éducation physique de l'Université:



C'était d'ailleurs le quartier général du marathon. Ce marathon en était à sa 45ième édition et est organisé par le Hudson-Mohawk Road Runners Club . Nous avons pu constater, durant la journée, l'efficacité des bénévoles et de l'organisation. C'est un petit marathon mais tout a baigné dans l'huile. En plus du marathon, d'autres distances étaient tenues: une course de 20 miles dont le départ était donné en même temps que le marathon, une course de 4.5 miles et une autre de 10 miles dont les départs étaient donnés à 10:00 heures.

Donc, il ne restait plus qu'à prendre le départ de notre marathon:


Cinq minutes avant le départ, nous étions toujours dans le pavillon d'éducation physique avec d'autres coureurs du départ de 9:00 heures. Nous nous sommes rendu à la ligne de départ à proximité. Le départ a été donné avec quelques minutes de retard après des explications données sur la façon de faire les boucles sur le parcours. Il n'y avait aucun puce sur les dossards et le chronométrage se faisait manuellement. Par contre, la distance est officielle et le marathon peut servir de qualification pour le marathon de Boston pour ceux qui peuvent faire le standard.

Nous étions environ 60 coureurs sur la ligne de départ: 30 pour le marathon et à peu près le même nombre pour la course de 20 miles. Comme le  calibre des coureurs était assez fort, je me suis retrouvé complètement à l'arrière du peloton après le départ. J'ai pris mon rythme en écoutant mes sensations sans essayer de suivre personne. La température était d'environ + 1 C mais avec un bon petit vent nous faisant ressentir - 2 C. Pour nous, coureurs de Québec, c'est doux mais il faut toujours se méfier du vent en hiver. Il risque de saboter un marathon.

Sur la première boucle, j'ai pu constater le travail efficace des bénévoles qui nous indiquaient où tourner et il y avait, en plus, des petits cônes oranges sur la route pour tracer ces virages. Sur la boucle, il y avait deux tables de ravitaillement où nous pouvions avoir de l'eau, du gatorade et des gels. Par contre, il n'y avait plus de gatorade à partir de la troisième boucle.

En prenant mon rythme, dans la première boucle, j'ai dépassé 3 coureurs qui étaient parti trop rapidement. Ce n'est que dans le dernière boucle que j'ai dépassé un autre coureur. Dans la deuxième boucle, je me suis retrouvé avec les coureurs participant au 4.5 miles et au 10 miles et je me suis fait dépasser allègrement. Plusieurs m'ont encouragé sachant que je prenais part au marathon. Les bénévole sur le parcours m'ont aussi encouragé. J'ai vraiment trouvé qu'ils ont fait un bon travail.

Voici mes données Garmin pour ce marathon ainsi que la trace GPS:


Donc, j'ai terminé en 4:39:45 à un pace moyen de 6:33/km et en 26ième place au classement général du marathon. Au demi-marathon, je suis passé en 2 heures 14, sur une base de 4 heures 28. J'ai donc ralenti dans le deuxième demi-marathon mais je suis quand même satisfait car j'ai eu de bonnes sensations dans la deuxième portion de la course. Voici une photo gracieuseté du Hudson-Mohawk Road Runners Club:


Quant à Jean-Yves, il a conclu son marathon en 4:05:40 à la 17ième position:


Après la course, il y avait de l'eau, du gatorade, une bonne soupe, des bananes, du pain, de la confiture, du beurre d'arachides et des biscuits. Rien de compliqué mais exactement ce qu'il fallait. Je peux vraiment dire que c'était une course pour les coureurs organisée par des coureurs comme bien des courses aux États-Unis.

Aussi, nous avons pu profiter des installations de ce pavillon d'éducation physique pour prendre une bonne douche avant de repartir pour Québec à 15:00 heures.

À Plattsburg, nous avons fait un arrêt pour prendre une bouchée:


Au Winter Hudson Mohawk River Marathon, il n'y a pas de t-shirt ni de médailles mais les marathoniens avaient droit soit à une paire de gants ou à une tuque. Cette tuque va me rappeler de bons souvenirs lorsque je vais la porter à l'entraînement ou à une prochaine course hivernale.

Bref, encore une fois, un beau voyage, bien qu'un peu fatiguant, une belle course et bien du plaisir !






15 commentaires:

  1. Mes félicitations à vous deux pour cette course. Le marathon d'hiver n'est pas toujours évident, il faut repasser souvent au même endroit en raison des parcours plus restreints, ce qui peut entraîner une certaine monotonie et parfois piéger les coureurs. Je conserve de bons souvenirs de mes 3 marathons d'hiver d'Albany (2015-2012-2009), surtout la première fois en compagnie de mes amis Camilien Boudreau et Denis Babin. Le HMRRC a toujours gardé cet évènement simple, bien organisé et le plus abordable marathon que j'ai vu dans ma vie. Bravo encore!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci pour ton commentaire! Très intéressant! D’ailleurs, Camilien m’avait dit qu’il y était allé avec toi et Denis.

      Supprimer
  2. Bravo mon ami pour ta performance car courir un marathon en pleine hiver il faut le faire et tu l'as fait....donc Chapeau tu es très fort mentalement également....Gilles

    RépondreSupprimer
  3. Félicitations pour votre magasinage de 42 km :)
    La température semble plus clémente à cet endroit plutôt qu'à Ottawa pour le Winterman. Un bon choix !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout à fait pour la température! Et avec un coût d’inscripion entre 25 $ et 35 $ US, beaucoup moins cher que le Winterman à 150 $.

      Supprimer
  4. Ta belle narration du marathon m’a rappele de beaux et moins beaux souvenirs de ce marathon, y ayant participé au moins 5 fois. Je ne pourrais plus y participer, la limite de temps étant fixée (avec raison) à 5 heures. Donc une telle narration est for appréciée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J’avais des souvenirs d’y être allé avec toi dans les années 90 mais j’avais besoin de rafraîchir ça 😉

      Supprimer
  5. Séance de magasinage réussi et dans la plus pure tradition du zoo avec l'italien de Lake George pour le "spaghetti with meatballs" (malheureusement il n'était pas servi dans un plat en alluminium toutefois) l'hotel tenu par un Indien (même s'il n'était pas aussi "sympathique" que le grand ami à Roger). Oublie pas toutefois qu'une autre tradition au zoo est ... les séries ... tu vas donc devoir y retourner pendant ... 25 ans minimum ...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Merci pour les ajouts. Pour la série de 25 ans, ça va m’amener à l’âge de 83 ans et je risque de ne plus être capable de faire le standard de 5 heures 😂

      Supprimer
  6. C'est bien vrai que le Winterman ne se compare pas à Albany, il se veut un évènement davantage familial, où les enfants peuvent participer aussi. Revenant à Albany, j'avais oublié ma participation de 2008, pour un total de 4 présences. Curieusement, mes temps n'y ont jamais varié plus que 3 minutes sur l'ensemble de mes courses là-bas, fait que j'attribue à la régularité du parcours. Finalement, ça reste le seul endroit où j'ai côtoyé un coureur pieds nus, même s'il ne parcourait que 14 km en tant que membre d'une équipe de relai. Je n'en reviens toujours pas, en février et le mercure sous zéro!

    RépondreSupprimer
  7. Cette année, il y en avait un qui courait en shorts, torse nu, pas de tuque et pas de gants 😲

    RépondreSupprimer
  8. Bravo pour cette nouvelle aventure et je remarque que la neige te suis hihihi :-)

    RépondreSupprimer