lundi 18 octobre 2021

Semaine du 10 octobre - 83ième semaine sous l'urgence sanitaire

Comme à chaque semaine, il se passe toujours quelque chose en ce qui trait à la COVID-19 qui nous pourrit l'existence depuis le mois de mars 2020.

Le gouvernement provincial avait passé un décret qui obligeait tout le personnel travaillant dans le réseau hospitalier à être pleinement vacciné, soit ayant reçu les deux doses, afin de pouvoir continuer à travailler auprès des malades. 

Plusieurs personnes refusent encore la vaccination. Un article de la Presse daté du 16 septembre 2021 indiquait que 20 000 travailleurs du réseau de la santé n'étaient pas vaccinés. Le décret ci-haut mentionné obligeait ces travailleurs à être pleinement vaccinés au plus tard le 15 octobre à défaut de quoi ils seraient suspendus sans solde.

Malheureusement, notre réseau de santé québécois craque de partout. Le ministre de la santé a du revenir sur sa position car le réseau ne pouvait se priver de ces travailleurs. Le manque important de personnel et le retard pris dans les chirurgies non électives font en sorte qu'il aurait été suicidaire de se priver de ces travailleurs récalcitrants.

Le gouvernement a donc reporté sa date butoir au 15 novembre. Cependant, il a perdu de la crédibilité avec cette décision car nous devrions être, à peu près, au même point le 15 novembre. 

Autre nouvelle aussi en ce qui a trait à l'ouverture de la frontière américaine: les américains permettront aux canadiens et mexicains, à partir du 8 novembre prochain, de la traverser par la voie terrestre. Les américains n'exigeront pas un test pcr. Cependant, au retour, le Canada en exigera un. À 200 $ le test, le voyage aux États-Unis devra en valoir la peine.

Maintenant, en ce qui a trait à mon entraînement dans la semaine du 10 octobre, j'en étais à ma dernière semaine de taper avant le marathon de Granby auquel j'ai participé le 17 octobre:



J'ai diminué mon kilométrage hebdomadaire à 47.33 km et je n'ai fait qu'une séance de musculation. Voici le détail de ma semaine:

Dimanche 10 octobre: 10 C. Réouverture du zoo. Longue sortie dans les rues de Québec avec une visite aux statues près du Centre Vidéotron. 21 km en 2:40:53, soit une allure moyenne de 7:40/km.

Lundi 11 octobre: séance de musculation full body super set (49 minutes) et 20 minutes sur le lit d'hydromassage.

Mardi 12 octobre: 12 C. Départ de la maison pour une sortie passant par les boisés des Compagnons et Marly. 5.44 km en 47:02, soit une allure moyenne de 8:39/km.

Mercredi 13 octobre: 13 C. Départ de la maison pour un 2 km tempo pace marathon sur la piste des Compagnons de Cartier.  Au total, 5.02 km en 38:12, soit une allure moyenne de 7:36/km.

Jeudi 14 octobre: 13 C. Départ de Place de la Cité pour une sortie sur route. 5.09 km en 39:20, soit une allure moyenne de 7:44/km.

Par la suite, 20 minutes sur un lit d'hydromassage au Econofitness Place de la Cité.

Vendredi 15 octobre: 12 C. Sortie en sentiers à la Base de plein air de Sainte-Foy. 5.77 km en 48:28, soit une allure moyenne de 8:24/km.

Samedi 16 octobre: 13 C, bruine et venteux.  Départ de la maison pour une sortie sur route, la dernière avant le marathon de Granby le lendemain. 5.01 km en 41:40, soit une allure moyenne de 8:19/km.

Je suis parti pour Granby en avant-midi. J'ai fait le voyage avec Jean-Yves et Rénald. Ce dernier avait fait, il y a trois semaines,  l'acquisition d'une nouvelle voiture, soit une Kia entièrement électrique. Il voulait faire un voyage dépassant l'autonomie de la batterie de la voiture, un peu plus de 400 km,  pour tester la recharge. C'était une belle occasion de le faire.

Rénald est allé chercher Jean-Yves à 10:00 heures et moi, quinze minutes plus tard vu que je demeure près du Pont Pierre-Laporte que nous devions traverser pour prendre l'autoroute 20. Durant le voyage, j'ai posé plusieurs questions à Rénald sur le fonctionnement de sa voiture électrique, curieux d'en apprendre plus.

Sur l'heure du midi, nous avons fait un arrêt à Drummondville pour un dîner de pâtes dans un restaurant Paccini et nous avons repris la route pour Granby environ une heure plus tard.

À Granby, Jean-Yves a bien dirigé Rénald jusqu'au Parc Daniel-Johnson où nous devions récupérer nos dossards.

Voici le site de départ où les grandes marquises étaient installées:


Ici, le pavillon Roger-Bédard pour la remise des dossards:



Nous sommes entré dans le pavillon avec nos masques et nous nous sommes désinfecté les mains. On a vérifié notre code QR sur notre passeport vaccinal et une carte d'identité. Par après, nous pouvions avoir notre dossard. Nous avions le choix entre un gilet manche longue du circuit des courses thématiques (sans  indication du marathon) ou un livre sur la course écrit par Jean-Yves Cloutier:




Rénald et moi avons choisi le gilet et Jean-Yves le livre. Jean-Yves Cloutier était même assis à une table pour autographier les livres.

Le tout fut rapide. Il n'y avait aucun exposant, le contexte de la COVID obligeant. 

Il commençait à pleuvoir et nous avions deux heures à tuer avant de prendre possession de notre chambre d'hôtel. Nous sommes donc allé prendre un café dans un Tim Horton près de l'hôtel.

Quand nous sommes sorti de cet endroit pour nous rendre à l'hôtel, une tempête automnale commençait. Il y avait de fortes pluies et des vents de 60 km/heure. Nous ne pouvions voir presque rien sur la route. Assez impressionnant !!!

Nous avons pris possession de notre chambre. Nous y sommes resté qu'une heure environ car c'était presque l'heure du souper: 



Il y avait beaucoup de coureurs qui avait choisi ce restaurant, la Casa Du Spaghetti . Très bon choix !!! J'avais réservé vers 16:00 heures pour 17 heures 15.

Par après, nous sommes allé porter la voiture de Rénald à un endroit où il y avait une bonne de recharge. Nous avions 5 minutes de marche à faire sous la pluie pour revenir à l'hôtel.

Il ne restait plus qu'à aller se coucher et courir notre marathon le lendemain:


Dimanche 17 octobre, journée du marathon de Granby

Je n'ai pas dormi, ce qui m'arrive souvent lorsque je passe une première nuit à l'extérieur. 

J'étais donc un peu  fatigué lorsque je me suis levé vers 5:00 heures. Le départ du marathon était à 9:00 heures. 

Douche, derniers préparatifs, petit déjeuner à la salle à manger de l'hôtel avec le passeport vaccinal et marche pour aller chercher la voiture de Rénald, le temps a passé rapidement.

Nous avons pris le départ pour le Parc Daniel Johnson un peu avant 7:30 heures. Nous avons réussi à  laisser la voiture de Rénald dans une rue résidentielle à proximité de la ligne de départ. C'était préférable à l'autre option, soit de se stationner au parc aquatique Amazoo et de prendre une navette avant et après la course.

Ici, le site de départ qui fourmillait de coureurs et de bénévoles:


Le port du masque était obligatoire sur le site de départ mais plusieurs s'en foutaient.

Nous avons laissé notre sac sous cette marquise où des bénévoles les indentifiaient avec notre numéro de dossard:


Comme il restait presqu'une heure avant le départ, nous sommes retourné à la voiture pour se réchauffer. Le mercure était de 9 C avec un peu de vent.

Une quinzaine de minutes avant le départ, nous nous sommes présenté dans le corridor de départ. Il était divisé en deux, à gauche pour le départ du demi-marathon et du marathon et à droite pour l'arrivée des coureurs du 10 km qui étaient parti à 8:00 heures:


Voici le Justin d'avant-départ avec mes deux compagnons de voyage:


Le peloton de départ était dense car il y avait plus de mille coureurs pour le demi-marathon (695) et le marathon (330) ensemble. Il y a eu trois vagues de départ. Nous sommes parti dans le deuxième. Voici le peloton une minute avant le départ de notre vague:


Dès le départ, Jean-Yves est parti à son allure plus rapide. J'ai laissé aller Rénald. J'avais vu que ses allures moyennes sur ses longues sorties étaient plus rapides que les miennes. Mon plan était de ne pas prendre un faux rythme et d'y aller aux sensations. 

C'est ce que j'ai fait en partant tranquillement et en prenant, par la suite, une allure de marathon confortable (entre 6:30-6:40/km) pour moi. Je me sentais bien. Après 2 km sur une route, nous sommes entré sur une belle piste cyclable boisée avec les  couleurs d'automne.

Le parcours était plat. Comme il y avait des allers-retours, je croisais les coureurs plus rapides du demi-marathon et du marathon.

Dans la première heure et demie, j'ai du m'arrêter à trois reprises pour uriner. Je voulais rester confortable à tous les niveaux. Je l'ai fait deux autres fois plus tard durant la course.

J'ai commencé à ralentir un peu vers le 15ième kilomètre. Les sensations dans les jambes n'étaient pas bonnes et j'étais fatigué. Aussi, j'avais un point de pression sous mon pied gauche et j'ai fait une couple d'ajustements dans le laçage de mon espadrille gauche.

Je suis passé au demi-marathon en 2:23 heures, ce qui était déjà lent pour moi pour mes splits  marathon. J'avais déjà abandonné l'idée de faire autour de 4 heures 30. Il ne restait qu'à prendre mon allure d'entraînement sur mes longues sorties et compléter mon marathon.

Après le demi-marathon, il n'y avait presque plus de coureurs devant moi. Nous étions très espacés. Au 25ième kilomètre, j'ai fait un autre ajustement pour mon espadrille gauche pour soulager le point de pression. Ce fut mieux pour quelques kilomètres.

À partir du 33ième, j'ai ralenti de façon importante. J'étais très fatigué et les jambes étaient vides.

Dans les derniers kilomètres, j'ai rejoint un coureur de Trois-Rivières du nom de Denys Comeau. Il est dans la catégorie 65-69 ans. Il m'a suivi.

Comme nous étions ensemble pour terminer, nous nous sommes challengé pour voir qui terminerait en premier, l'orgueil de coureurs aidant:


C'est Denys qui a gagné:


Merci à Jean-Yves pour ces photos. Denys et moi nous sommes félicité après l'arrivée. C'est une personne vraiment très sympathique. Sa conjointe a même pris une photo de nous deux.

J'ai terminé ma course en 5:08:32, soit une allure moyenne de 7:18/km, soit mon allure d'entraînement finalement. Le premier demi a été couru à allure moyenne de 6:47/km et le deuxième à 7:48/km. Je ne suis naturellement pas content de ce chrono mais je suis fier, comme toujours,  d'avoir complété mon  marathon, mon 101ième officiel à vie.

Jean-Yves a aussi photographié Rénald à l'arrivée:



Il a terminé son marathon en 4:44:17, soit une allure moyenne de 6:44/km. Il tentait de se qualifier pour le marathon de Boston 2022 mais il lui manquait une quinzaine de minutes  (standard de 4 heures 35 pour les 75-79 ans mais 6 minutes de plus rapide que le standard pour être certain de ne pas être coupé) . Il n'était pas trop déçu sachant qu'il lui manquait quelques longues sorties de 30 km.

Jean-Yves, quant à lui,  n'était pas déçu de sa course. Il a terminé son marathon en 4:05:48, soit une allure moyenne de 5:49/km.

Donc, bravo à mes deux amis de voyage avec qui j'ai partagés ce marathon:


Hormis que ma course fut difficile, j'ai bien aimé le parcours de la course et l'organisation. Tout a baigné dans l'huile et les bénévoles étaient enthousiastes aux tables de ravitaillement. Il y avait aussi de la musique à certains endroits sur le parcours.

Donc, chapeau à l'organisation du marathon de Granby !!!









dimanche 10 octobre 2021

Semaine du 3 octobre - 82ième semaine sous l'urgence sanitaire

Les nouvelles sont assez bonnes en ce qui a trait la COVID-19 dans la province de Québec.

Contrairement à octobre 2020, le nombre de cas a baissé dans les derniers jours. Il semble que les différentes mesures sanitaires en vigueur dans la province, dont le passeport vaccinal, sont efficaces.

Par contre, il ne faut pas baisser la garde même si un fort pourcentage de la population est pleinement vacciné. Les gestes barrières, comme le port du masque dans les endroits publics et la désinfection des mains, devront continuer d'être appliqués pendant une bonne période de temps. 

Durant la semaine du 3 octobre, j'ai fait une avant-dernière semaine de taper en vue du marathon de Granby que je courrai le 17 octobre en terminant ma semaine avec 61.14 km.

Le 9 octobre, j'ai aussi participé à une deuxième course de trail en octobre, soit le 11 km du Défi des couleurs Simard:


Le 10 octobre, Jean-Yves a réouvert le zoo pour les longues sorties du dimanche à partir du Centre Lucien-Borne.

Je vous reparle en détail plus bas de ces deux journées.

Maintenant, voici le déroulement de ma semaine d'entraînement du 3 octobre:

Dimanche 3 octobre: -1 au départ. Longue sortie en sentiers avec Jean-Yves dans le Parc National de la Jacques-Cartier sur un parcours passant par le sentier Le Perdeau que nous ne connaissions pas. 20.52 km en 3:34:17, soit une allure moyenne de 10:27/km.

Lundi 4 octobre: début d'un nouveau programme de musculation full body en super sets au Econofitness Place de la Cité.

Mardi 5 octobre: 6 C. Départ de la maison pour une sortie sur route. 6.01 km en 49:17, soit une allure moyenne de 8:12/km.

Mercredi 6 octobre: 4 C et beaucoup de brume. Départ de la maison pour une séance d'intervalles sur la piste des Compagnons de Cartier : 2 X 1 km (400 mètres récup) + 5 X 200 mètres (200 mètres récup). Au total, 7.39 km en 54:13, soit une allure moyenne de 7:20/km.

Jeudi 7 octobre: 9 C. Départ de Place de la Cité pour une sortie sur route passant par l'Université Laval. 6.09 km en 47:57, soit une allure moyenne de 7:53/km.

Par la suite, j'ai enchaîné avec une séance de musculation full body au Econofitness Place de la Cité.

Vendredi 8 octobre: à la veille de notre course trail au Défi des couleurs, je suis allé avec Jean-Yves faire une sortie en sentiers dans le Parc linéaire de la rivière Saint-Charles.

Nous sommes parti du stationnement de l'aréna de Loretteville à 7:26 heures sous un mercure de 7 C.

Ici, la rivière Saint-Charles sur la passerelle avant d'arriver au Château d'eau:


Les couleurs et leur reflet dans la rivière étaient magnifiques. De même, après le Château d'eau face aux Canots Légaré:


Dans le sentier, il y avait un écriteau que je n'avais jamais vu sur le Parc naturel Harry Gros Louis fils:


Harry Gros Louis fils est décédé au Village Huron en 1974. Il a, entre autres, fréquenté et défendu le territoire coutumier de sa nation (nation Wendat). Il faut donc comprendre que nous sommes passé dans une section du parc nommé en son honneur.

Un peu plus loin, nous nous sommes arrêté brièvement devant le petit marais qui était aussi très beau avec les couleurs:



Pour cette sortie, j'ai couru 10.03 km en 1:19:01, soit une allure moyenne de 7:53/km. Jean-Yves, quant à lui, a terminé sa sortie avec 11.02 km en 1:18:42, soit une allure moyenne de 7:09/km.

Samedi 9 octobre: journée du Défi des Couleurs

Le Défi des Couleurs existe depuis 2013 et je n'avais jamais participé à une des courses offertes dans le cadre de cet événement.

Les courses trails étaient tenues le vendredi soir et le samedi tandis que les courses en sentiers faciles le dimanche.

Nous sommes parti de Québec pour le Mont Sainte-Anne à 8:00 heures compte tenu que les navettes nous amenant près de la ligne de départ partaient à 9:00 heures.

Voici les différents autobus navettes à notre arrivée sur le stationnement du Mont Sainte-Anne:


Tous les participants étaient doublement vaccinés, le passeport ayant été nécessaire pour prendre possession de notre dossard. Le port du masque était obligatoire dans les autobus.

Le petit voyage jusqu'au rang Saint-Julien, lieu de départ des trails de 11 km et 26 km, a été d'une dizaine de kilomètres. 

Ici, le chalet du centre de ski de fond et de raquettes du rang Saint-Julien:


J'étais déjà allé à cet endroit le 25 décembre 2018 pour courir dans les sentiers de raquettes. 

Le camion pour déposer notre sac d'effets personnes se trouvait de l'autre côté de la rue:


Une quinzaine de minutes avant le départ, nous nous sommes dirigé vers l'arche de départ qui se trouvait 200 à 300 mètres plus haut.

Selon le site Sportstats, il y avait 365 participants à la course trail de 11 km. Voici, le corridor de départ:


et la photo souvenir avant le départ:


Le départ a été donné en deux vagues, la première à 10:00 heures et la deuxième 2 minutes après. Nous étions dans la deuxième vague. La température était parfaite avec 12 C.

La carte du parcours et le dénivelé se trouvait dans la guide que l'organisation nous avait envoyé par courriel:


Sur les 11 km de ce trail, il y avait 144 mètres de D+ et 287 de D-.

Les 200-300 premiers mètres étaient en descente et très roulant. Par la suite, nous tournions à gauche pour nous engager dans une très large piste de ski de fond en montée.

Nous sommes entré assez rapidement dans un single track où nous étions un en arrière de l'autre. J'étais à la bonne allure avec de très bonnes sensations.

Après une couple de kilomètres, nous étions plus distancés les uns des autres. J'avançais très régulièrement avec une allure moyenne de 7:15/km. Des parties du parcours étaient roulantes et d'autres un peu plus techniques. Je courais toutes les montées avec de bonnes jambes, l'effet du taper aidant.

Il n'y avait qu'un ravitaillement situé au 6ième kilomètre. Je ne m'y suis pas arrêté ayant un flasque d'eau de 500 ml et des demi Larabars. J'en ai mangée une après 45 minutes environ.

La deuxième moitié du parcours était plus difficile avec quelques bonnes descentes techniques où quelques coureurs m'ont dépassé. Par contre, j'en dépassais sur le plat et dans les montées.

J'ai terminé en accélérant dans le dernier kilomètre. Me voici ici près de la ligne d'arrivée au Mont Sainte-Anne (photo gracieuseté de Jean-Yves):


Selon Sportstats, j'ai terminé la course en 1:26:35, soit une allure moyenne de 7:52/km. 

Jean-Yves a, lui aussi, fait une belle course en la terminant en en 1:12:46, soit une allure moyenne de 6:36/km.

Après la ligne d'arrivée, on m'a remis ma médaille. Il y avait aussi de l'eau et de la bière (avec et sans alcool). 

Jean-Yves a aussi pris une photo souvenir à l'arrivée:

 
Nous sommes allé chercher notre repas dans le chalet du Mont Sainte-Anne. Par après, nous sommes passé par le stationnement pour que je récupère mon sac dans le camion des bagages. Nous nous sommes changé près de l'auto dans le stationnement avant de retourner près de l'aire d'arrivée pour manger le bon repas santé qui nous avait été remis.

Ce fût un bel événement trail qui donne le goût d'y retourner l'année prochaine.

Réouverture du zoo dimanche le 10 octobre

Jean-Yves et moi avions discuté de la réouverture du zoo. Nous nous questionnons sur l'intérêt des amis du zoo pour des sorties en groupe à partir du Centre Lucien-Borne compte tenu que peu de personnes s'étaient présenté en 2020 lors du premier déconfinement.

Le 8 octobre, Jean-Yves a partagé aux membres du zoo un parcours à partir du Centre Lucien-Borne pour le dimanche 10 octobre. Il s'agissait aussi d'un sondage. Ceux qui étaient intéressés n'avaient qu'à se présenter sur le nouveau stationnement de la Ville de Québec qui se trouve un peu plus bas dans la côte Sherbrooke compte tenu de travaux importants à l'école secondaire Perreault. Au surplus, nous étions aller vérifier au Centre Lucien-Borne pour savoir si les vestiaires et douches étaient accessibles. C'est le cas pour les citoyens de la Ville de Québec à condition qu'il n'y ait pas de piscine et il n'y en a pas présentement le dimanche matin.

Deux coureuses et un coureur ont répondu à Jean-Yves qu'ils ne pouvaient pas le 10 octobre mais qu'ils étaient intéressés à la réouverture du zoo.

Je suis donc arrivé dans le nouveau stationnement vers 8:00 heures. Déjà, Gilles et François Lamontagne étaient arrivés. Par la suite, André Angers est entré dans le stationnement. Finalement, Jean-Yves s'est présenté en même temps qu'Yves Gauthier. Nous étions donc un petit groupe de six pour la réouverture du zoo.

Voici le parcours partagé par Jean-Yves:


Il s'agissait d'un tracé de 21 km passant, entre autres, par le Centre Vidéotron pour aller voir certaines statues de joueurs de hockey que nous n'avions pas encore vues.

Nous avons pris le départ de notre sortie à 8:18 heures sous un mercure confortable de 10 C.

Ce fut bien agréable de pouvoir courir et jaser un peu avec Gilles, François, André et Yves.

Ce dernier nous a quitté près de l'école secondaire Cardinal-Roy. Quant à Gilles, François et André, ils nous ont quitté au Centre Vidéotron après que nous ayons vues les statues.

Ici, celles de Manon Rhéaume et Alain Côté qui ont participé au tournoi pee-wee et qui ont eu une carrière dans le hockey à l'âge adulte:



J'ai pris la photo de groupe à cet endroit:


Près de ces statues, il y avait aussi celle de Joe Malone dit Le Fantôme qui a joué pour les Bulldogs de Québec, équipe qui a remporté la coupe Stanley en 1912 et 1913:


Par la suite, Jean-Yves et moi avons continué sur le parcours. Les jambes étaient un peu pesantes suite à la course trail faite la veille mais nous étions à une allure confortable.

Ici, le fleuve Saint-Lauent et le Château Frontenac alors que nous étions au Vieux-Port:



et la rue du Petit-Champlain et les décoration d'Halloween:



Aussi, sur la rue Saint-Vallier ouest, nous sommes passé face au  Centre des femmes de la basse-ville, l'immeuble ayant une allure bien particulière:


J'ai terminé cette longue sortie avec 21 km en 2:40:53, soit une allure moyenne de 7:40/km. 

C'était la dernière bonne sortie avant le marathon de Granby dimanche prochain. Je ne ferai que me dégourdir les jambes durant la semaine avec des courtes sorties de 5 km.

Naturellement, dans mon prochain billet, je vous ferai part de mon expérience au marathon de Granby que je n'ai jamais couru.

dimanche 3 octobre 2021

Semaine du 26 septembre - 81ième semaine sous l'urgence sanitaire

D'autres assouplissements par rapport au contrôle de la COVID-19 ont été annoncés par le gouvernement du Québec durant la semaine du 26 septembre.

À compter du vendredi 8 octobre, les amphithéâtres et les salles de spectacles pourront fonctionner à pleine capacité à la condition que chaque spectateur ait son passeport vaccinal et porte son masque en tout temps. Les artisans dans le domaine des arts et des sports vont pouvoir retrouver des revenus plus intéressants depuis le début de la pandémie.

La reprise des compétitions de course à pied sur route et en sentiers est maintenant bien amorcée depuis l'été. En ce qui me concerne, je vais avoir un mois d'octobre bien chargé:

- 2 octobre: la finale du Loup solitaire Harricana au Massif de Charlevoix sur le parcours de 10 km, course déjà faite,  dont je vous reparle plus bas dans ce billet:


- 9 octobre: le trail de 11 km du Défi des Couleurs au Mont Sainte-Anne;

- 17 octobre: Marathon de Granby;

- 30 octobre: trail de 21 km du Massif du sud;

Par après, il sera temps de prendre un mois relax, le moumounevember comme l'appelle Jean-Yves.

Durant la semaine, j'ai amorcé mon taper en vue du marathon de Granby en diminuant mon kilométrage à 75.08 km. . Pour les deux prochaines semaines avant le marathon, je ferai autour de 60 km et 45 km pour la dernière.

Voici maintenant le détail de cette semaine du 26 septembre:

Dimanche 26 septembre: 14 C. Dernière longue sortie de 30 km sur route avec Jean-Yves avant le marathon de Granby. Nous l'avons faite sur la piste cyclable partant de Saint-Henri en direction sud.  30.12 km en 3:43:01, soit une allure moyenne de 7:24/km dont 5 km pace marathon entre le 23ième et le 28ième kilomètre.

Lundi 27 septembre: séance de musculation full body au Econofitness Place de la Cité.

Mardi 28 septembre: 7 C. Départ de la maison pour une sortie passant par les boisés des Compagnons et de Marly. Première moitié de l'entraînement très lente. Au total, 9.01 km en 1:18:21, soit une allure moyenne de 8:42/km.

Mercredi 29 septembre: 9 C. Départ de la maison pour une séance d'intervalles sur la piste des Compagnons de Cartier : 3 X 1 km (400 mètres récup) + 2 X 400 mètres (200 mètres récup). Au total, 8.01 km en 57:34, soit une allure moyenne de 7:11/km.

Jeudi 30 septembre: 8 C. Départ de la maison pour une sortie sur route passant par Versant-Nord. 8.01 km en 1:07:23, soit une allure moyenne de 8:25/km.

En après-midi, après le Palais de justice et avant d'aller au bureau, je suis passé par le gym Econofitness pour une séance de musculation  full body . Je terminais, cette journée-là, un programme de six semaines sur les appareils Nautilus.

Vendredi 1er octobre: pour commencer le mois d'octobre, j'ai fait une sortie, avec Jean-Yves, dans le sentier du Parc linéaire de la rivière Saint-Charles en partant du Lac Saint-Charles.

Nous avons pris le départ de cette sortie à 7:33 heures sous un mercure de 8 C sous un ciel très couvert. La pluie a commencé dans la journée après notre sortie. J'ai couru 10.01 km en 1:22:06, soit une allure moyenne de 8:12/km. Je suis resté confortable à la veille de ma course trail de 10 km du Loup solitaire Harricana:




Samedi 2 octobre: journée de la finale du Loup Solitaire Harricana

Pour la finale du Loup Solitaire Harricana qui se déroulait au Massif de Charlevoix, Jean-Yves et moi nous étions mis d'accord pour participer au trail de 10 km. Nous avions déjà fait la course de 17 km au Massif et celle de 28 km au Mont Grand-Fonds, durant l'été. 

Le départ du 10 km était fixé à 11:00 heures. Nous sommes parti de Québec vers 9:15 heures compte tenu qu'il y un peu plus d'une heure de route pour se rendre au Massif de Charlevoix et que nous devions arriver vingt minutes avant la course.

Un peu avant d'arriver au Massif, j'ai réalisé que j'avais oublié  d'apporter mon dossard contenant la puce électronique. Ce n'était pas si grave car on nous avait dit qu'il était possible d'en acheter un au coût de cinq dollars.

Une fois  que nous sommes arrivé au Massif, il y avait énormément de voitures dans le grand stationnement du centre de ski. La plupart des gens allant au Massif en dehors de la saison de ski y vont pour le vélo de montagne.

Nous sommes entré dans le bâtiment principal du Massif à la recherche de la table des bénévoles d'Harricana pour que je puisse acheter un dossard. Nous avons finalement réalisé que la table était à l'extérieur à côté de l'arche de départ et d'arrivée.

Il n'y avait plus de dossard mais la bénévole m'a remis, gratuitement,  une puce électronique que j'ai pu épingler sur mon short.

De retour à la voiture pour les derniers préparatifs d'avant course, je me suis rendu compte que j'avais oublié ma flipbelt dans laquelle je glisse mon téléphone et d'autre menus objets comme une paire de gants ou ma tuque, par exemple, quand je commence à avoir trop chaud. Ce n'était pas ma journée...J'ai donc glissé mon téléphone dans une poche de ma veste d'hydratation, ce qui n'est pas l'idéal.

De retour à l'arche, quelques minutes avant le départ, il y avait un petit groupe de coureurs avec les bénévoles:


Voici le Justin du moment:


J'étais en mode compétition et je n'ai pris aucune autre photo par la suite.

Le départ a été donné avec quelques minutes de retard parce qu'on attendait deux personnes qui ont pris part à la course. Au départ, nous étions environ une quinzaine de coureurs et la température était de 6 C.

Après le départ, j'ai pris mon rythme et je me suis retrouvé à l'arrière avec un coureur qui avait des bâtons. Comme son souffle était déjà très lourd, je savais que je le distancerais rapidement, ce qui fût le cas.

Au troisième kilomètre, j'ai rattrapé une coureuse que je voyais au loin depuis un certain temps et de qui je me rapprochais. Son prénom était Martyne et elle était âgée de 60 ans. Nous avons couru et monté ensemble jusqu'un peu avant le 5ième kilomètre où je l'ai distancée.

J'avais fait un gros effort dans le cinquième kilomètre où se trouvait la plus grosse montée de ce parcours. Je suivais mes sensations comme toujours en trail et j'ai ralenti un peu l'allure afin de m'en garder pour les derniers kilomètres.

Il y avait quelques portions roulantes sur ce parcours et surtout du single track de racines et de mousse. Vraiment un très beau parcours trail !

Dans les deux derniers kilomètres, le parcours du 17 km rejoint celui du 10 km et le sentier est très roulant bien qu'il y ait des montées et des descentes. Un coureur du 17 km dont la course avait débuté à 10:00 heures m'a dépassé.

J'ai terminé la course fort. Malheureusement, sur le stationnement du centre de ski, le parcours était mal indiqué et j'ai perdu un peu temps. Martyne m'a donc rejoint et a terminé en même temps que moi. Je l'ai félicitée pour sa belle fin de course.

J'avais à ma montre Garmin 9.91 km en 1:33:04, soit une allure moyenne de 9:23/km. J'étais bien content de ma course où j'ai donné un effort constant à la limite de l'anaérobie.

J'ai remis ma puce à la bénévole. Elle m'a donné une bière artisanale Harricana dont Jean-Yves a héritée vu que je ne prends aucun alcool. Lui aussi était satisfait de sa course (9.71 km en 1:16:14, soit une allure moyenne de 7:51/km).

À titre informatif, nous devons soumettre notre course sur la page du Club Harricana avec le lien url de notre trace gps. Par la suite, notre chrono est approuvé grâce au système électronique de chronométrage qui se trouve sur l'arche de départ et d'arrivée et il est incorporé dans un classement sur Sportstats.

Après ma course, je  suis allé me changer au véhicule et Jean-Yves et moi nous sommes rendu au bâtiment principal du Massif pour les toilettes. À côté du bâtiment, il y avait un food truck où nous avons acheté un coupon pour un bon hot-dog fait avec une grosse saucisse qui était servie à une table attenante. On soulignait l'Oktoberfest.

Sur terrasse extérieure, il y avait quelques coureurs qui avaient participé à une des courses de la finale du Loup solitaire Harricana. Martyne est venu échanger un peu avec nous.

Ceci conclut notre participation au Loup solitaire Harricana. Il reste encore une semaine pour faire les différents parcours.

Longue sortie en sentiers du dimanche 3 octobre

Nous étions en sentiers pour la longue sortie du dimanche 3 octobre.

Jean-Yves m'a proposé de retourner au Parc National de la Jacques-Cartier pour aller découvrir le sentier Le Perdreau qui se prend vers la fin du sentier La Matteucie. 

Nous avions à faire un parcours d'une vingtaine de kilomètres en partant de l'Accueil du kilomètre 10:


Nous avons pris le départ de notre longue sortie à 7:10 heures, sous un mercure  de -1 C. 

Comme lors de notre marathon en sentiers du 19 septembre, nous avons commencé par le sentier Les Coulées en direction de la rivière Sautauriski:


Les couleurs d'automne étaient magnifiques comme vous verrez dans d'autres photos plus bas.

Nous avons continué sur le parcours de notre marathon du 19 septembre, soit environ 2 km sur la route de terre du Parc, le sentier Les Loups à partir de la première entrée jusqu'au stationnement des Loups et le sentier La Matteucie.

J'étais en contrôle pour ne pas forcer dans les côtes et rester le plus souple possible afin de bien terminer cette longue sortie. J'avais encore de la fatigue de la journée de la veille.

Ici, l'entrée du sentier à découvrir, soit Le Perdreau:


Il s'agit d'un beau sentier sillonnant la colline avec des montées et des descentes:


Il passe près d'un très beau ravin:


et d'un lac asséché du nom de Lac Buvard:




Il y avait des portions roulantes et techniques dans ce sentier. Après le lac Buvard, le sentier était pas mal étroit et longeait le ravin. Il fallait être prudent.

Vers la fin du sentier Le Perdreau, j'ai senti que mes jambes étaient molles suite à la course de la veille. J'ai ralenti un peu, toujours en contrôle.

Nous avons rejoint la fin du sentier La Matteucie pour nous rendre au Pont blanc:



À cet endroit, il restait un peu plus de 7 km sur le sentier roulant Draveur sud. Je me demandais comment mes jambes se comporteraient.

Finalement, les bonnes sensations sont revenu et j'ai maintenu une bonne allure pour moi, toujours en restant relativement confortable. Nous sommes revenu à notre point de départ sans oublier d'admirer de nouveau  la rivière Jacques-Cartier sur le pont près de  l'Accueil du km 10:


J'ai terminé cette longue sortie avec 20.52 km en 3:34:17, soit une allure moyenne de 10:27/km. Après le Perdreau, j'ai gagné 1 minute 20 secondes du kilomètre sur mon allure moyenne.

Jean-Yves, son côté, a terminé sa sortie avec 22.70 km en 3:33:11, soit une allure moyenne de 9:23/km.

Marathon du P'tit Train du Nord

Pendant que nous étions dans le Parc National de la Jacques-Cartier, se déroulait le Marathon du P'tit Train du Nord entre Val-David et Saint-Jérôme dans le nord de Montréal:


Mon ami Bruno Samson qui s'entraîne avec le club de course à pied de l'Université Laval y a fait toute une performance en terminant son marathon en 3:27:07, soit une allure moyenne de 4:54/km, 381ième sur 1 479 coureurs et 6ième sur 74 chez les 60-69 ans. Félicitations à Bruno ! J'ai bien hâte de lire ses commentaires sur sa page Facebook.