Follow by Email

dimanche 12 juin 2011

Ma dernière grosse saison

Vous vous demandiez sûrment quand ce nombre important de compétitions s'arrêterait. Je vous relate, cette semaine, l'année 1997. J'ai 37 ans au début de cette année-là. Je cours depuis que j'ai l'âge de 19 ans et suis marathonien depuis l'âge de 22 ans. Des compétitions, j'en ai fait beaucoup depuis l'année 1981 et depuis 1993, je fais plusieurs marathons par année. 1997 sera ma dernière grosse saison de compétitions. J'ai eu un peu de difficulté à préparer ce billet parce que l'année 1997 marque un peu la fin de la partie très active de ma vie de marathonien.

Je remarque d'abord de mon carnet d'entrainement que je m'entrainais plus que les années précédentes avec le groupe de coureurs formé par mon ami Roger Goulet. D'ailleurs, j'ai fait tellement de marathons avec eux que le Club La Foulée m'intéresse de moins en moins. Comme j'étais membre de ce club depuis 1983, soit une période de 14 ans, je continuerai tout de même à m'entrainer au sein du club les mercredi et dimanche mais j'irai avec le groupe de Roger les lundis et vendredis.

Nous avions prévu commencer l'année de la bonne façon, soit avec un marathon comme de raison. Le marathon d'Albany, dans l'état de New-York, nous attendait donc le 22 février 1997. J'ai donc fait ma préparation en début d'année et même mon «tapping» dans la semaine précédant le marathon. Malheureusement, la veille du marathon, nous fûmes immobilisés à Québec à cause d'une grosse tempête de neige et nous n'avons pu faire le voyage. Petite déception !

Le mois suivant, soit le 23 mars, j'ai pris part au 10km de Lasalle. Les conditions climatiques étaient difficiles, la journée étant très venteuse. Je me suis levé à 3:30 pour partir à 4:30 afin de faire le voyage Québec-Montréal. J'ai  déjeuné trop tôt et j'ai manqué d'énergie durant la course. J'ai réussi quand même un temps de 41:30 mais l'objectif était clairement en bas de 40 minutes, ce parcours étant réputé pour être rapide. J'ai senti les jambes lourdes toute la semaine suivante mais mon carnet d'entrainement indique que j'ai fait tout de même 90 kilomètres, la préparation à mon premier marathon de l'année se continuant. Je vais retester ma vitesse le 13 avril, soit une semaine avant le marathon, au 5km Beauce-Érable. Résultat: 19:50, tout était sous contrôle.

Mon premier marathon de l'année 1997 sera donc le Fred's Marathon à Devens, Massachussets, dans la région de Boston. Cette course était tenue la veille du marathon de Boston, les organisateurs désirant organiser un marathon en marge du marathon légendaire, un peu pour le contester. Laissez-moi vous dire que j'ai été déçu. Il y avait peu de coureurs et le parcours n'était pas intéressant. Donc le 20 avril 1997, sous une température assez chaude,  j'ai complété cette course en 3:46:38, ayant littéralement cassé dans la deuxième moitié de parcours:




Le 11 mai 1997, je prends part pour la dernière fois au marathon d'Ottawa. Les organisateurs ont changé le parcours et il est plus difficile que les autres années avec de longs faux plats montants. De plus, j'ai du subir de nouveau une autre journée venteuse. J'ai tout de même amélioré mon chrono de dix minutes par rapport au Fred's Marathon en terminant en 3:36:30:





Le prochain marathon au programme fut celui de Charlo au Nouveau-Brunswick, le 1er juin 1997. Entre temps, j'ai accroché, en prépration, le 10km de Baie-St-Paul (43:15) et le 5km de la Galipote (20:43). Le marathon de Charlo est un autre petit marathon. Nous n'étions qu'une trentaine de marathoniens au départ (l'année dernière, ils étaient 12). Cependant, nous connaissions les organisateurs Jeannita et Alain et ils nous ont acceuilli chaleureusement comme des amis. J'ai donc été motivé et j'ai abaissé mon temps de 5 minutes par rapport au marathon d'Ottawa:



Avec un temps de 3:31:55,  j'ai donc commencé à rentrer dans mes marques ce qui annoncait  bien pour les autres marathons de l'année. D'ailleurs,  la forme était bonne car le lendemain, j'étais sur piste à faire des intervalles et j'ai fait 96km dans ma semaine incluant la distance du marathon ! À force de me répéter, plus je faisais de marathons, plus je me renforçais.

J'ai  continué à bien m'entrainer et je me suis aligné sur deux distances intermédiaires en juillet. La première fut le 20km de l'Ile Bizzard dans la région de Montréal le 6 juillet ( 1:32:01 ) et la seconde fut la première édition du demi-marathon de Yamachiche le 9 juillet. Nous connaissions bien l'organisateur, Sylvain Francoeur, qui était un maniaque de la course à pied et qui faisait le trajet entre Trois-Rivières et Québec le dimanche matin uniquement pour venir faire sa longue sortie avec le Club La Foulée. Finalement, Sylvain a monté son propre circuit de compétitions dans la région de la Mauricie, ce qui a certainement donné au club Milpat la vigueur qu'on lui connait aujourd'hui. Pour le premier marathon de Yamachiche, le 19 juillet 1997, il faisait chaud comme c'est souvent le cas. Je fus très surpris de le faire en 1:32:54:




C'est un beau souvenir que ce certificat de cette première édition car le demi-marathon de Yamachiche ou Marcel Jobin est aujourd'hui très couru. Il constitue un bon test pour les marathons de fin d'été, début d'automne, par exemple le marathon des Deux-Rives et le marathon de Montréal.

Le prochain objectif était le marathon de St-John, Nouveau-Brunswick, au mois d'août. En préparation pour ce marathon que j'aimais bien, j'ai fait 4 bonnes semaines de kilométrage en juillet, soit 110, 120, 130 et 102 kilomètres. Après un «tapping» de deux semaines, je me suis présenté à ligne de départ du marathon de St-John le 17 août. Ce jour-là, les sensations ne furent pas aussi bonnes que l'année précédente où j'avais fait un beau 3 heures 14. Les jambes étaient lourdes et j'ai du me contenter d'un 3:25:27:


 
Cependant la forme était là. Trois semaines plus tard, le 7 septembre, je prenais part au 10km de l'Université Laval que je terminais en 40:57. J'ai poussé encore l'entrainement en septembre: 110 km la semaine du 7 septembre, 120 la semaine du 14 septembre, 130  la semaine du 21 septembre pour retomber à 80 km les deux semaines suivantes. Le 12 octobre, j'ai réalisé  alors mon meilleur temps de l'année 1997 sur 10km à Montmagny: 40:30. Tout était en place pour mes deux derniers marathons qui furent courus en deux semaines consécutives. Je n'avais jamais fait de doublé de ce type avant. J'anticipais un peu des difficultés dans le deuxième marathon.

Cepedant, j'ai fait mes deux meilleures marathons de l'année avec à peu près le même temps. Premièrement, le 18 octobre  à Hartford à l'occasion d'un voyage en autocar organisé par Adrien Lachance, j'ai fait une très belle course en complétant la distance en 3:15:28, soit mon meilleur temps de l'année 1997:








La technique que j'ai alors prise pour remettre en place mes jambes le plus rapidement possible pour le deuxième marathon de mon doublé la semaine suivante fut de courir un peu à chaque jour du 19 octobre au 23 octobre. Le 24 octobre, nous avons voyagé à Albany dans l'état de New-York pour le marathon et je n'ai pas couru cette journée là. Le 25 octobre, je courais le marathon d'Albany et je n'en croyais pas mes yeux dans les dix derniers kilomètres de voir que j'étais en train de faire à peu près le même temps qu'à Hartford la semaine précédente. Je terminai en 3:16:56:




Je dois vous dire, qu'avec mon meilleur temps à vie en 1988 (2:59:32), c'est un des accomplissments dont je suis le plus fier: avoir été capable de coller deux marathons en deux semaines en 3 heures et quart. Jamais je ne pensais pouvoir faire celà.

C'est de cette façon que c'est terminé ma dernière grosse saison de compétions. Les saisons suivantes seront beaucoup plus tranquilles mais n'ayez crainte, il y aura au moins un marathon par année. Le passionné que je suis ne peut laisser passer une année sans m'embarquer dans cette belle aventure du marathon.

Côté perso, voyez comment s'est terminé mon année 1997:





Le 20 décembre 1997, je me mariais au Palais de justice de Québec avec ma belle Cecilia que j'avais rencontré l'année précédente et dont je vous ai parlé dans mon dernier billet. La vie change...mais elle est tellement belle !

À suivre...


2 commentaires:

  1. Raymond et Diane12 juin 2011 à 16:22

    wow belle photo de votre mariage et on y voit aussi notre cher Bob merci j'ai hâte de lire la suite

    RépondreSupprimer
  2. 2 marathons en 7 jours avec un temps de 3h16 est assez incroyable. Mais quel volume tu as fait cette année là.

    RépondreSupprimer