Follow by Email

vendredi 15 avril 2011

La fin des années 80

L'année 1988 aura été ma meilleure en ce qui a trait à mes performances comme coureur. Elle aura été l'aboutissement d'entrainements très intenses au sein du club La Foulée depuis 1983. Nous entendons souvent dire qu'un coureur de fond atteint son apogée vers la fin de la vingtaine s'il commence tôt à s'entrainer. C'est exactement ce qui m'est arrivé. J'ai débuté l'entrainement à l'âge de 19 ans et j'en avais 29 lors du marathon de Montréal en 1988.

L'année suivante,  je changerai de catégorie en juillet, passant de la catégorie sénior I ( 20-29 ans ) à celle de sénior II (30-39 ans ). Cependant, avant de changer de catégorie, j'aurai une petite surprise au mois de mars 1989. Après avoir réalisé un chrono de 59.58 sur 15 km à la traditionnelle course des Pichous en février, je me présentai à une autre compétition de 15 km le 25 mars à l'Islet-sur-Mer.

Le parcours était rapide et j'étais en excellente forme ce matin-là. Je suis parti rapidement et ai complété la course en 58:51, soit une minute plus rapidement qu'aux Pichous. À la remise des médailles, j'eus la très grande surprise d'apprendre que j'avais terminé deuxième de la catégorie sénior 1 (20-29 ans). Ce fût la seule fois de ma vie que je montai sur le podium d'une course en finissant dans les trois premiers de ma catégorie.


Mon année 1989 est reconstituée uniquement à partir de certificats de course que j'ai gardés vu que j'ai perdu les carnets d'entrainement de certaines années. Le livre de Laurent Bilodeau sur mon ami Jean Bouchard me rappelle aussi que j'ai guidé ce dernier à la Descente Royale sur 10km. Jeannot avait perdu un peu de vitesse ayant été guidé par André Jean en 1988 qui était un coureur de 50 minutes sur 10km. Je lui ferai quand même faire un temps respectable de 42.08 à la Descente Royale. Toujours au courant de l'été 1988,  Fernand Pichette et moi-même formerons une équipe de guides et permettrons à Jeannot de compléter le marathon de la Francophonie à Chicoutimi en 3 heures 24. Fernand et moi avions chacun guidé notre ami Jean pour un demi-marathon.

Le demi-marathon Phil Latulippe à Loretteville était une autre course d'importance sur le circuit de course à pied de la région de Québec. À chaque année, le club La Foulée faisait de cette course un objectif important dans la préparation au marathon de Montréal. Le 29 juillet, je complèterai de nouveau le parcours en bas d'une heure trente minutes.


Enfin, pour une cinquième fois dans les années 80, j'offirai ma collaboration à Jean Bouchard pour le marathon de Montréal. Donc, j'aurai participé neuf fois au marathon de Montréal dans les années 80 dont à cinq reprises comme coureur guide. Comme toujours, Jeannot était très heureux de prendre part à cette grande course comme vous pouvez le constater sur la photographie suivante prise à l'arrivée du marathon:



Nous complèterons ce marathon en 3:27:42, ce qui constituait une ballade par rapport à mon temps de l'année précédente (2:59:31):


Les années 80 se sont malheuresement conclues sur une mauvaise note en ce qui me concerne. Durant l'année 1989, j'ai été incommodé par une sérieuse tendinite au tendon d'Achille droit. L'inflammation sera tellement importante que je décidai d'arrêter la course à pied complétement du mois de décembre 1989 au mois de mars 1990. Je me contentai de faire uniquement de la natation. Mon poids plume de 140 livres grimpera pendant ces trois mois à 150 livres. Au début du mois de mars 1990, je recommencerai donc à courir mais avec un peu plus de livres à trainer.

À suivre...

4 commentaires:

  1. Tu as garni ta bibliothèque centrale avec 10 livres de plus. Une blessure ce n'est jamais bien utile sur la forme physique. À suivre ...

    RépondreSupprimer
  2. Bravo pour ce blog François, c'est très agréable à lire. Quel parcours! C'est formidable. et les scans des certificats, j'adore! Tu as raison, elles avaient de la gueule les années 80!!! -- Cyrille

    RépondreSupprimer
  3. En passant François, je viens de réaliser ta vitesse sur les 15K dont tu parles! Wow, c'est moins que 4'/k pendant 15K ça! Ça rigolait pas ! C'est sûr que tu méritait le podium!! Avec quelques années de retard : BRAVO!!!!!!!!
    -- Cyrille

    RépondreSupprimer
  4. Ça me rappelle de bons souvenirs........... puisque nous avons souvent courus lors des mêmes compétitions.

    R.G.

    RépondreSupprimer