Follow by Email

jeudi 22 novembre 2012

Mois de repos, pace d'unau

Mon mois relax suivant le marathon de Manchester se déroule bien.

Je sors toujours six jours par semaine mais pour de courtes durées ( maximum 7 km ) sauf le dimanche. En fait, cette journée-là, je rejoins toujours mes amis au Centre Lucien-Borne pour la longue sortie que je limiterai à 20-22 km jusqu'à la fin décembre.

Nous avons baptisé le groupe du nom suivant: le zoo. Pourquoi ? Simplement, parce que divers animaux s'y trouvent.

1) Le lièvre:


C'est le coureur plus rapide que toi que tu décides de suivre pour un certain moment. Lui est confortable, à son  pace, mais en le suivant, tu travailles alors à ton pace 10km.

2) Le lion du Kenya:


C'est celui qui est  en arrière de toi et par lequel tu ne veux pas te faire rattraper. Lui aussi te fait travailler en qualité.

3) Le lapin:


C'est celui qui te fait courir à ton pace marathon. Il y a plein de lapins dans le groupe  chez Lucien parce que je finis toujours ma longue à un pace moyen aux alentours de mon pace marathon.

Dernièrement, un nouvel animal est apparu dans ce jardin zoologique, l'unau:


Il est aussi appelé paresseux à deux doigts. Je suis le paresseux parfait en ce mois de novembre où je me repose, la semaine, avec des paces une minute plus lent au kilomètre que mon pace marathon.

Quelques coureurs qui avaient été absents aux longues sorties cet été sont revenu dernièrement dont Gilbert Robitaille:



À la blague, je lui ai mentionné qu'il était un lièvre d'hiver, Gilbert étant souvent aux avant postes lors des longues sorties. À partir de décembre, nous devrions, parfois,  courir ensemble durant la semaine à 5:00 heures AM. Je pourrai donc profiter d'un bon lièvre quand viendra le temps de travailler la qualité.

Championnats canadiens universitaires de cross-country

Je vous laisse sur un vidéo du championnat canadien universitaire de cross-country qui était tenu le 10 novembre à London, Ontario. L'équipe masculine du Rouge et Or de l'Université Laval a terminé deuxième équipe. Voici donc de super lièvres à l'oeuvre:



mardi 13 novembre 2012

Le marathon de Staten Island

 On a tous entendu parler de l'annulation du marathon de New-York. Rénald Bouchard, un de mes amis coureurs, devait y prendre part. Son voyage est devenu uniquement touristique comme beaucoup de coureurs.

Cependant, d'autres coureurs ont pris part à un autre marathon cette journée la. Ils ont formé des équipes pour aller aider les gens de Staten Island qui ont été durement touchés par l'ouragan Sandy. Ils ont fait un marathon bien spécial en remplacement du marathon de New-York.

Un des ces coureurs a partagé son expérience sur You Tube. Les yeux d'un coureur sur la dure réalité à proximité du marathon new-yorkais:


Bien que nous soyons très concentrés sur notre entraînement et nos épreuves de course à pied, de telles images nous aident à relativiser. Il y a eu diverses opinions sur la décision d'annuler le marathon de New-York. Marathon Guide l'a même décrié parlant d'une tragédie causée par la politique et les médias sociaux. Cependant, il ne faut pas oublier ces gens qui essayent courageusement de se relever de cette catastrophe.

mardi 6 novembre 2012

Marathon de Manchester

J'avais choisi le marathon de Manchester pour clore mon année de compétitions  et pour pouvoir m'offrir une troisième préparation marathon en 2012.

Ma semaine du 27 octobre au 3 novembre a été lègère avec seulement 42 kilomètres ( nombre symbolique, il va sans dire ) répartis comme suit:

Dimanche le 27 octobre: une longue sortie de 20 km avec mes amis du Centre Lucien-Borne;

Mardi le 29 octobre: une courte sortie de 6 km à 6:27/km; le pace a été légèrement plus rapide qu'à l'habitude pour rester alerte;

Mercredi le 30 octobre: une autre sortie de 6 km à un pace moyen de 6:19/km cette fois-ci; ça sentait de plus en plus le pace marathon;

Jeudi le 1er novembre: début du carbo loading; ma sortie a été raccourcie à 5 km et avec un pace moyen plus lent de 6:46/km;

Vendredi 2 novembre: ma dernière sortie avant le marathon de Manchester: 5km à un pace moyen de 6:47/km;

Laissez-moi vous dire qu'après une semaine aussi légère suivant ma préparation d'automne avec un kilométrage hebdomadaire ayant grimpé à 90 km, je me sentais plein d'énergie pour affronter mon dernier marathon de l'année.

Samedi le 3 novembre

Je n'ai pas couru cette journée là compte tenu que nous sommes parti très tôt le matin afin de nous taper le voyage entre Québec et Manchester au New-Hampshire. On parle d'un voyage d'environ six heures avec deux courtes pauses.

Nous étions cinq coureurs du groupe Lucien Borne à courir ce marathon. Nous nous sommes donc répartis dans deux véhicules, Roger Goulet et Claude Létourneau voyageant ensemble et Camilien Boudreau, Jean-Yves Sanfaçon voyageant avec moi. Par contre, nous nous étions donné rendez-vous à 6:15 heures au Tim Horton de Bernières afin de nous suivre sur la route comme une vraie équipe.

La journée était pluvieuse. Le premier arrêt s'est fait avant la frontière américaine de Derby Line, au Duty Free canadien:



Merci à Jean-Yves pour cette photo comme pour plusieurs autres que je partagerai dans ce billet. Après avoir traversé la frontière, nous nous trouvions dans l'état du Vermont sur l'autoroute 91. Nous avons fait un deuxième arrêt à Saint-Johnsbury avant d'entrer dans l'état du New Hampshire et continuer sur l'autoroute 93. Ce voyage m'a rappelé de lointains et agréables souvenirs du temps où j'ai couru le marathon de Boston dans les années 80 et 90.

Vers 12:30 heures, nous sommes arrivé à Manchester qui se situe à 85 km au nord de Boston. La première chose que nous avons faite a été de récupérer notre trousse du coureur à l'hôtel Radisson où se tenait le salon de coureur:



À l'entrée du salon se trouvait Bill Rodgers, le champion américain ayant gagné le marathon de Boston et de New-York à quelques reprises dans les années 70 et 80:



Nous avons vérifié notre numéro de dossard sur la liste officielle avant d'aller le réclamer:


Après la visite du salon, nous avons demandé à quelqu'un de prendre une photo souvenir de notre petite équipe:


Dans l'après-midi, nous sommes allé marcher un peu dans le Centre-Ville de Manchester, question de voir un peu la ville et repérer les stationnements tout en se dégourdissant les jambes:




Vers 14:00 heures, Camilien, Jean-Yves et moi avons pris possession de notre chambre au Garden Hilton. Cet hôtel se trouve à côté du stade de baseball de Manchester et la fenêtre de notre chambre donnait directement sur le terrain de baseball:


 Vers la fin de l'après-midi, nous sommes parti à la recherche d'un restaurant dans les rues de Manchester:



Nous sommes abouti dans un restaurant thailandais où nous avons pu faire le plein d'hydrates de carbone:


Journée du marathon

La température était très fraîche avec 5 C et d'assez bons vents. Jean-Yves avait opté pour les pantalons longs compte tenu que les conditions ressemblaient à celles du marathon de Chicago qu'il avait couru le 7 octobre et où il a eu du succès avec un meilleur temps à vie:



Finalement, c'est Camilien qui m'a convaincu d'y aller avec le court:



Nous avons embarqué les bagages dans la voiture et avons garé cette dernière près de la ligne d'arrivée du marathon. Nous avions une heure et trente d'attente dans le hall de l'Hôtel Radisson situé près de la ligne de départ:


C'est quelque chose de bien de ce marathon que de pouvoir attendre le départ tranquillement au chaud. Nous sommes sorti que dix minutes avant le départ prévu pour 8:50 heures.

La course

Le parcours de ce marathon est très exigeant compte tenu qu'il compte beaucoup de côtes ( rollings hills ) . J'en avais été averti par mes amis qui l'avaient déjà fait. J'étais donc prêt à bien le gérer.

Le premier kilomètre a été parcouru à 6:15/km, soit plus lentement que mon pace marathon compte tenu de la congestion du départ. Par contre, j'étais dans mon pace marathon visé dès le deuxième kilomètre. Je peux dire que je l'ai gardé jusqu'au 20ième kilomètre. Par contre, pour le troisième quart de la course, j'ai ralenti le pace compte tenu que nous étions exposés au vent sur de longues portions et qu'il y avait moins de coureurs pour se protéger, les participants du demi-marathon ayant bifurqué dans une autre direction. Cependant, cette bonne gestion de course m'a permis de terminer les douze derniers kilomètres en force avec la pace que j'avais dans les vingt premiers kilomètres. Cela m'a permis de remonter de nombreux coureurs.

J'ai terminé avec un temps officiel de 4:17:00, 37ième sur 61 dans ma catégorie ( 50-59 ans) et 447ième sur 705 au général. J'aurais bien aimé abaisser mon temps de 4:15:02 réalisé au Sugarloaf marathon en mai dernier mais le parcours de Manchester était beaucoup trop exigeant. Je dois donc me contenter de ce 4 heures 17. Cependant, j'ai la grande satisfaction d'avoir terminé un marathon en force, ce qui ne m'était pas arrivé depuis belle lurette.

Côté parcours, bien qu'il soit difficile, il y a de très belles sections au point de vue du paysage. Mon ami Jean-Yves a pris plusieurs photos durant sa course, photos qu'il a mises sur le site Courir le monde et qu'il m'a autorisé à vous partager. En voici quelques unes:











Quant à mes amis, voici leurs chronos respectifs:


De la droite vers la gauche:

- Camilien Boudreau: 3:12:28;
- Claude Létourneau: 3:56:51;
- Jean-Yves Sansfaçon: 3:41:21;
- Roger Goulet: 4:23:31


Nous avons pris rapidement la route après le marathon. En effet, j'ai terminé le marathon un peu après 13:00 heures et j'étais au volant de ma voiture à 14:30 heures. Vers 16:30 heures, nous nous sommes accordé un repas post marathon à l'américaine dans un restaurant au bout de l'autoroute 93:                                                      


J'ai dévoré un cowboy burger presque aussi gros que les montagnes blanches que nous venions de  traverser:



Quelle belle façon de conclure cette année de compétitions 2012 !

À venir

Le prochain mois en sera un de repos avec des semaines légères en kilométrage et sans intensité.

En ce qui a trait à mon blog, je continuerai à le tenir mais d'une façon différente. J'ai partagé toutes mes années de course à pied pour les six premiers mois de ce blog entre février 2011 et août 2011. Par la suite, j'ai continué, jusqu'à ce jour,  à publier un billet à chaque semaine en partageant mes entraînements, mes compétitions et parfois, certaines trouvailles intéressantes sur le web et concernant, naturellement, la course à pied. J'ai donc couvert une année complète avec mon entraînement, ce qui me semble suffisant.

Cependant, je continuerai à partager mes compétitions et à faire le point, occasionnellement sur mon entraînement. Pour le reste, j'irai selon l'inspiration du moment.