Follow by Email

lundi 29 octobre 2012

Surcompensation

L'heure de la surcompensation est venu. Le 21 octobre,à deux semaines du marathon de Manchester, il était temps de diminuer le kilométrage hebdomadaire pour essayer d'arriver frais le jour J.

Je suis donc passé d'une semaine de 90 km du 14 au 20 octobre à 58 km du 21 au 27 octobre. J'ai senti immédiatement l'effet de ce taper avec de bonnes sensations, moi qui traînais une certaine fatigue depuis le demi-marathon de la côte de Beaupré couru le 9 septembre.

Voici donc comment s'est déroulé cette avant-dernière semaine préparatoire au marathon de Manchester:

Dimanche le 21 octobre: une longue sortie de 24 km avec les amis du Centre Lucien Borne. J'étais habitué à des sorties de 30km depuis le 16 septembre. J'ai donc trouvé cette sortie facile. Le taper était donc lancé.

Mardi le 23 octobre: une sortie sur route de 8 km, vraiment plus courte que mes sorties habituelles. En courant moins, j'ai maintenu un pace légèrement plus rapide que les semaines précédentes avec un pace moyen de 6:39/km. Les sensations étaient excellentes et cela se maintiendra toute la semaine.

Mercredi le 24 octobre: une sortie de 7km à la frontale dans le sentier du Parc linéraire de la rivière St-Charles et sur route. Pace moyen: 6:42/km.

Jeudi le 25 octobre: une sortie sur route de 7km, dont un petit tempo de 3km à 5:10/km faisant office de shaking run afin de ne pas s'endormir.

Vendredi le 26 octobre: une sortie officielle sur route de 5km où ma montre Garmin s'est endormi, s'arrêtant avant la fin vu que la pile était trop faible. J'ai fait entre 1 et 2 km de plus pour rentrer à la maison. Pace moyen: 6:33/km.

Samedi le 27 octobre: je suis reparti à la frontale dans le sentier vu que je devais aller travailler au bureau en ce samedi. 7km dans le sentier du Parc linéaire et sur route. Pace moyen: 6:17/km.

Une seule semaine de taper et déjà, je me sentais frais, le pace marathon commençant à remonter à la surface.

Longue sortie du dimanche 28 octobre

À une semaine du marathon de Manchester, j'avais planifié de ne faireque  la seconde partie de l'entraînement de groupe avec les amis du Centre Lucien-Borne, soit une sortie d'une vingtaine de kilomètres.

En arrivant dans le stationnement du Centre Lucien-Borne, je suis arrivé face à face avec un coureur qui fait un retour à l'entraînement:


Denis Therrien, directeur du Marathon des Deux-Rives, a repris l'entraînement de course à pied en septembre dernier et revenait courir avec ses amis. Il sera au marathon de New-York la fin de semaine prochaine pour faire de la promotion pour le marathon des Deux-Rives.

Nous étions une quinzaine de coureurs avec, aussi, le retour de Gervais Guillot, qui nous quitte à chaque été pour se concentrer sur le golf, et de Roger Goulet, qui, lui, n'avait pas couru avec le groupe depuis quatre semaines compte tenu des nombreux marathons qu'il a faits cet automne.

Je m'attendais à l'entraînement spécial du chef, soit ces km rapides et lents sur le parcours côteux des Plaines mais le chef avait plutôt opté pour le parcours passant par la route du Versant Nord:



Roger avait plutôt pensé à la spécificité. Ce parcours comporte quelques bonnes côtes comme pour le  marathon de Manchester. La longue montée de la rue de Brabant, le long de l'autoroute Duplessis, est un exemple de cette spécificité:




J'ai fait cette montée et cette sortie avec beaucoup d'énergie et des sensations de facilité résultant du taper. 20 km au total à un pace moyen de 5:58#km . C'est de bonne augure pour le marathon de Manchester.

Parcours du marathon de Manchester

Je n'ai jamais fait ce marathon. Je l'ai choisi parce qu'il était plus tard dans l'automne et qu'un coureur de mon groupe, Dominic Carrier, m'avait parlé de l'organisation d'une façon positive.

Cependant, mes amis Roger, Gilles et Claude ont aussi fait ce marathon et m'ont averti que le parcours est exigeant. Voici d'ailleurs le vidéo du parcours:


Belle façon de se préparer mentalement !

Nous serons finalement cinq  à faire ce marathon, Roger ayant décidé, dimanche le 28 octobre, d'ajouter un douzième marathon à sa collection 2012. Voici donc, en partie,  notre petite équipe pour le marathon de Manchester:


De la droite vers la gauche: Claude Létourneau, Camilien Boudreau, Roger Goulet et moi-même. Était absent Jean-Yves Sansfaçon étant à Boston pour son travail. Cependant, il avait, lui aussi, pensé à la spécificité. En effet, il nous a partagé, sur Dailymile, cette photo de la Heartbreak Hill dans laquelle il est allé s'entraîner:


Selon ses commentaires, Jean-Yves a trouvé que cette côte était de la petite bière vu qu'il est un adepte de la côte Guilmor à Québec. D'ailleurs, son PB de 3 heures 38 au marathon de Chicago, le 7 octobre dernier, parle par lui-même.  C'est certain qu'il va être prêt pour Manchester.

Rénald Bouchard

La même journée que le marathon de Manchester, le 4 novembre, notre ami Rénald Bouchard courra  le fameux marathon de New-York:


Par la suite, il prendra la direction de la Floride pour quelques semaines et nous reviendra à la fin novembre. Chose certaine, Rénald a hâte de prendre le départ sur le pont Verrazano.

André Lepire

Un autre coureur partira aussi pour la Floride, le 4 novembre prochain., soit André Lepire:


Par contre, de son côté, ce sera pour l'hiver. Il sera à Arcadia en Floride jusqu'à la fin mars 2013:


Il pourra bénéficier de belles conditions d'entraînement pendant qu'on va courir à -20 C à Québec. Il a d'ailleurs pointé quelques demi-marathons auxquels il pourra participer afin de rester motivé à maintenir un bon entraînement.

Prochaine semaine

Très peu de kilomètres. Nous prendrons le départ pour Manchester samedi le 3 novembre très tôt. Je vous relaterai mon expérience à Manchester dans mon prochain billet.

dimanche 21 octobre 2012

Touche finale

J'ai mis la touche finale à ma préparation pour le marathon de Manchester ( 4 novembre 2012 ) avec ma dernière grosse semaine de kilométrage.:



Il était temps. J'ai fait beaucoup plus de kilométrage en 2012 et je commence à trouver mon année assez longue. Je n'ai pas les mêmes sensations que l'été dernier et mon pace automnal sur mes sorties en endurance est plus lent. Par contre, je ne dois pas oublier que je me suis tapé un gros demi-marathon et un gros 10km depuis le marathon des Deux-Rives. De toutes façons, en 33 ans de course à pied, je ne me suis jamais inquiété avec cela et j'ai toujours suivi mes sensations. Notre corps nous rappelle à l'ordre et sait ce qui est bon pour lui.

Du 14 octobre au 20 octobre 2012, j'ai parcouru 90 km de la manière suivante:

Dimanche 14 octobre: très longue sortie de 35km avec le groupe du Centre Lucien-Borne;

Mardi 16 octobre: 11km sur route à un pace moyen de 7:04/km;

Mercredi 17 octobre: 11km à un pace moyen de 7:15/km dans le sentier du Parc linéaire de la rivière St-Charles jusqu'à la passerelle Les Saules et retour par le Parc industriel Armand Viau. Les sensations étaient bonnes;

Jeudi 18 octobre: dernière grosse séance d'ntervalles; 6 X 1km au pace 10km avec 400 mètres de récupération; 13km au total avec le réchauffement et le retour au calme;

Vendredi 19 octobre: je reste sur route avec une sortie de 11km dans l'Ancienne-Lorette;

Samedi 20 octobre: sortie de 9 km dans le sentier du Parc linéaire de la rivière St-Charles jusqu'au Château d'eau et retour par les rues de Loretteville; j'ai apprécié courir à la clarté car toutes mes sorties de semaine se font à l'obscurité depuis un cetain temps;

Longue sortie de groupe du dimanche 21 octobre

Nous formions un plus petit groupe, soit sept coureurs,  compte tenu que quatre amis étaient à Moncton pour courir le marathon Legs for Literacy et que d'autres ne se sont pas présenté.

Le traditionnel réchauffement de 7:15 heures a été fait sur le parcours habituel passant par les Plaines d'Abraham et le Vieux-Québec.

À 8:15 heures, nous avons gagné deux coureurs et en avons perdu un. Nous sommes retourné sur les Plaines d'Abraham en montant la rue St-Jean. Par la suite, Grande Allée, direction ouest, et Chemin St-Louis. Afin de changer, nous avons descendu la côte de l'Église à Sillery au lieu de la monter:


Sur la Grande-Allée, nous avions rencontré Gaétan Jalbert, un ex compagnon du club La Foulée, qui a décidé d'en faire un bout avec nous. Je l'ai photographié le long du fleuve en bas de la côte de Sillery:


Je me souviendrai toujours d'un marathon à Washington en 1991 que Gaétan avait terminé en 3 heures 09 et moi en 3 heures 10. Il était venu me chercher dans les derniers kilomètres et avait accéléré dans une côté qui se trouvait près de la ligne d'arrivée. Il m'avait bien taquiné avec sa fin de course. Il a toujours la même bonne humeur que dans nos années La Foulée. J'ai essayé de le convaincre de se joindre à nous le dimanche matin. On verra bien.

Nous avons continué sur la piste cyclable le long du Boulevard Champlain, direction est. Gaétan et Isabelle Paquet nous ont laissé à la côte Guilmor. Je me suis retrouvé en avant avec mon ami Rénald Bouchard qui a imprégné un ryhtme plus rapide sur un kilomètre et tout le monde a suivi. Ces changements de rythme sont toujours bons sur une longue distance.

Après une pause toilette au Marché du Vieux-Port, nous avons emprunté la jolie rue St-Joseph dans le quartier St-Roch:


Comme il fallait remonter quelque part, notre ami Jean-Yves Sansfaçon, aussi appelé Monsieur John Guilmor, nous a dirigé vers la côte Salaberry plutôt que les escaliers menant au Centre Lucien-Borne:


Cette côte est courte mais c'est un véritable petit mur à grimper. Jean-Yves et Bruno Samson, qui était de retour après deux semaines d'absence suite à sa belle performance à Rimouski, semblaient bien s'amuser en haut de cette côte qu'ils ont monté allègrement:


J'ai donc conclu cette sortie avec 24km, soit 11 km de moins que ma longue du 14 octobre. Mes jambes étaient beaucoup plus fraiches à l'arrivée.

Marathon de Moncton

Pendant ce temps, quatre de mes amis étaient à Moncton au Nouveau-Brunswick pour courir un marathon:




Voici donc leur résultat:

- Camilien Boudreau: 3:08:54;
- Claude Létourneau: 3:53:02 ( 1er chez les 60-69 ans );
- Roger Goulet: 4:34:47 ( 2e chez les 70 ans et plus );
- Gilles Lamontagne: 5:21:05 ( 3e chez les 70 et plus );

Pour Gilles et Roger, c'était un deuxième marathon en deux semaines après Bar Harbour le 14 octobre.

Prochaine semaine

Le taper commence. Dans deux semaines, je devrai à mon tour m'exécuter sur 42.2 km.


dimanche 14 octobre 2012

Dernier droit pour Mancherster

Je continue ma préparation pour  le marathon de Manchester, New Hampshire, qui sera tenu le 4 novembre prochain. Il s'agit de ma dernière compétition de la saison.

Depuis le marathon des Deux Rives que j'ai couru le 28 août dernier, je m'en suis donné beaucoup avec le demi-marathon de la Côte-de-Beaupré le 9 septembre et le 10km de l'Oie Blanche à Montmagny le 7 octobre. J'ai même réalisé, lors de ce 10km, mon meilleur temps depuis que j'ai recommencé à courir cette distance en compétition en 2010.

Cependant, mes planifications d'entraînement sont en fonction de chaque marathon que je choisis. Les demi-marathons et les 10km me servent de test pour m'évaluer. Cependant, une fois le test passé, j'essaye de continuer ma progression kilométrique en vue de mon marathon.

C'est ce que j'ai fait dans la semaine du 7 au 13 octobre. Je revenais à une semaine de 85km après une semaine plus légère de 70km ayant précédé le 10km de l'Oie Blanche. En voici le détail:

Dimanche le 7 octobre: 10km de l'Oie Blanche en 49:21. J'ai accumulé 18km pour cette journée avec le réchauffement (5km) et le retour au calme (3km). Étant habitué de partir mes semaines avec 30km, je savais que chacune de mes sorties de la semaine devraient être plus longues pour atteindre mon objectif de 85km;

Mardi le 9 octobre: j'ai commencé du bon pied avec une belle boucle sur route de 14km. Mes jambes étaient courbaturées de ma compétition de 10km mais pas aussi profondément qu'après un marathon. J'y suis quand même allé relax avec un pace moyen de 7:11/km;

Mercredi le 10 octobre: je suis allé dans le sentier du Parc linéaire de la rivière St-Charles jusqu'au Boulevard Père Lelièvre et je suis revenu sur route par le Parc industriel Armand Viau. J'étais toujours courbaturé. Cependant, j'ai continué à faire du volume avec 14km à un pace moyen de 7:25/km. Il faut dire que le pace était très lent dans le sentier à 5:00 heures AM où je cours dans l'obscurité à la frontale;

Jeudi le 11 octobre: un tempo run de 7 km à un pace moyen de 5:40/km. J'ai essayé de réveiller ces jambes là. Total de 13km avec le réchauffement et le retour au calme;

Vendredi le 12 octobre: une sortie sur route de 14km à un pace moyen de 6:50/km. J'ai couru sur une boucle que je n'avais pas faite depuis un certain temps et qui passe par la route de l'Aéroport entre Val-Bélair et l'Ancienne-Lorette. De meilleures sensations;

Samedi le 13 octobre: je suis sorti après que le jour se soit levé pour vous montrer comment le sentier du Parc linéraire de la rivière St-Charles peut être beau à ce temps-ci de l'année. J'ai une entrée à ce sentier au bout de la rue où j'habite:




Il commence à faire plus froid et il y avait eu du gel pendant la nuit:


Je me suis dirigé vers Loretteville. Voici, une portion du sentier entre le Boulevard Johnny-Parent et la rue de la Falaise verte:


Avant d'arriver à la rue de la Falaise verte, on traverse une passerelle où on peut admirer la rivière St-Charles:


Voici la rue de la Falaise verte qui connecte avec la portion du sentier qui se rend à la Chute Kabir-Kouba:


On arrive à des escaliers qui descendent dans la petite vallée de la Chute Kabir-Kouba:


Naturellement, tout ce qui descend se remonte:


Cependant, je garde le pace relax dans ce sentier et je monte les escaliers en marchant. Je garde l'intensité pour mes intervalles sur route.

J'ai continué dans le Parc linéaire jusqu'au Château d'eau et je suis revenu chez moi par la route. Une sortie totale de 12 km pour clore la semaine.

Longue sortie du dimanche 14 octobre

À trois semaines du marathon de Manchester, j'avais planifié une sortie de 35km. Afin de ne pas revenir trop tard à la maison,  je suis parti plus tôt pour le Centre Lucien-Borne et j'ai commencé seul à 6:20 heures avec une boucle de 5.5km. J'ai commencé à courir à la noirceur et le jour s'est levé durant ma boucle. Je suis passé près du Parc Jeanne-Mance sur les Plaines d'Abraham, parc décoré pour l'Halloween comme à chaque année:


À 7:15 heures, nous étions sept pour le réchauffement. Nous avons refait la même boucle mais allongée par un passage dans le Vieux-Québec et la rue St-Jean. Voici d'ailleurs cette rue à l'approche du Centre Lucien-Borne:


Quatre coureurs de plus nous attendaient pour le départ de 8:15 heures. Comme il y avait encore des bateaux de croisière dans le Port de Québec, nous sommes allé dans cette direction:


Nous avons continué sur la piste cyclable du Boulevard Champlain jusqu'à la côte de Sillery que nous avons grimpée. C'est toujours du gros travail:


Par la suite, nous sommes revenu au Centre Lucien-Borne. Comme il me manquait quatre kilomètres pour compléter ma distance de 35km, j'ai terminé avec Jean-Yves Sansfaçon et Rénald Bouchard.

L'énergie a été bonne tout le long de ce 35km quoique les jambes commençaient à être raides vers la fin. Il est clair que ma stratégie d'alimentation d'une barre à l'heure fonctionne toujours très bien. Le seul hic en cette fin de saison est mon talon droit qui est assez sensible. Il doit être bien réchauffé et je dois toujours être prudent. La diminution importante du kilométrage après le marathon de Manchester va lui faire du bien.

Marathon de Bar Harbor

Pendant ce temps-là, nos deux Monsieur Marathon, Roger Goulet et Gilles Lamontagne, étaient à Bar Harbor dans le Maine pour le Mount Desert Island Marathon.

Ils nous ont fait honneur en terminant aux deux premières positions de la catégorie 70-74ans, Roger en 4:19:19 et Gilles en 4:49:58.

Je tiens à vous partager un magnifique vidéo de l'édition 2011 qui vous donnera peut-être le goût de faire ce marathon l'année prochaine. En tout cas, moi, il me l'a donné:


Marathon de Moncton

Dimanche prochain le 21 octobre, aura lieu le marathon de Moncton au Nouveau-Brunswick. Roger et Gilles y seront de même que deux de mes compagnons pour le marathon de Manchester, soit Claude Létourneau et Camilien Boudreau:


Je vous ferai un suivi dans mon prochain billet.

Prochaine semaine

Ce sera ma dernière semaine avant mon taper de deux semaines précédant le marathon de Manchester. Je ferai 90km. Ayant débuté avec 35km dimanche le 14 octobre, les sorties durant la semaine seront un peu plus courtes que celles que j'ai faites dans la semaine qui vient de se terminer.

lundi 8 octobre 2012

10 km de Montmagny

Après une semaine où j'ai senti une baisse d'énergie (semaine du 23 au 29 septembre), il était temps que je diminue un peu le kilométrage, d'autant plus que j'étais à la fin d'un cycle de trois semaines où je m'étais rendu graduellement à 85 km par semaine.

La semaine du 30 septembre au 7 octobre en a donc été une de repli compte tenu que j'ai diminué mon kilométrage à 70 km. Au surplus, avec le 10km de l'Oie Blanche à Montmagny qui était inscrit sur mon calendrier, je me suis dit que je pourrais aussi recharger mes batteries pour essayer de faire une bonne performance lors de ce deuxième et dernier 10km de mon année 2012.

Voici donc comment s'est déroulé ma dernière semaine:

Dimanche le 30 septembre: une sortie de 30 km que je vous ai décrite dans mon dernier billet; il ne me restait donc que 40 km à faire en 5 jours; donc, plusieurs petites sorties style taper;

Mardi le 2 octobre: je commence donc la semaine avec une sortie de 8 km dans le sentier du Parc linéraire de la rivière St-Charles et retour par la route; ce fut très lent avec un pace moyen de 7:50/km; il est certain que de partir à la frontale dans le sentier me fait partir plus lentement; mais c'est ce qu'il me fallait pour la recharge d'énergie;

Mercredi le 3 octobre: une sortie sur route de 8 km dans des conditions automnales parfaites ( 9 C ); l'énergie était meilleure et j'ai maintenu un pace moyen de 6:43/km;

Jeudi le 4 octobre: j'avais planifié une séance d'intervalles style affûtage en vue du 10km de l'Oie Blanche, soit 10 X 400 mètres au pace 10km avec 200 mètres de récupération; malheureusement, la veille, j'ai mangé de la poutine lorsque je me suis arrêté avec ma fille Catherine chez Ashton sur l'heure du souper;


 Je ne sais pas mais on dirait que j'ai plus de difficulté à digérer ce type de cuisine avec l'âge; je digérais encore à 5:00 hre du matin le lendemain et j'avais les jambes dans la poutine; j'ai quand même fait cette séance d'intervalles mais avec les FC dans le plafond pour maintenir mon pace 10km; pas du tout des sensations qu'on doit avoir sur un 10km; au total pour ma journée, 11 km avec le réchauffement et le retour au calme;

Vendredi le 5 octobre: je suis allé me remettre de mes émotions avec une petite sortie de 7 km à un pace moyen  très lent de 7:50\km dans le sentier du Parc linéaire jusqu'à la chute Kabir-Kouba et retour par la route; j'ai pensé au fait qu'on a aperçu des ours dans la région de Québec dernièrement...rien de bien rassurant;

Samedi le 6 octobre: je suis sorti sur route pour 6 km, question de voir quelles sensations j'avais à la veille du 10km de l'Oie Blanche; j'avais juste hâte de rentrer, il pleuvait pas mal;

Quoiqu'il en soit, cette semaine en fut une de récupération et en même temps de taper pour ma compétition de 10km;

Dimanche le 7 octobre: 10 km de l'Oie Blanche

La ville de Montmagny accueille, à chaque année, la dernière étape, du circuit régional de Québec des 10km, et ce, dans le cadre du Festival de l'Oie Blanche:



Après une mauvaise nuit de sommeil comme il m'en arrive souvent, j'ai pris le temps de faire un peu de relaxation et de bien déjeuner avant de prendre la route pour Montmagny. Je n'étais pas tellement dans mon assiette. Sur l'autoroute 20, près de la sortie pour Montmagny, j'ai aperçu, dans le ciel, une volée d'oies blanches. Magnifique ! Un bon signe pour ma course ?

Lorsque je suis arrivé à l'école secondaire Louis-Jacques Casault, où se trouve le départ et l'arrivée des compétitions, plusieurs coureurs de la course de 5km terminaient leur parcours:



Mauvaise chose pour mon blog, mon appareil photo ne répondait plus après ces clichés, la pile devant être rechargée. Je suis donc entré chercher mon dossard dans l'école. Autre mauvais signe, on manquait d'épingles pour mon dossard. J'ai donc demandé à une jeune fille du club d'athlétisme Lavironde qui avait terminé son 5 km de me donner ses épingles, ce qu'elle  a fait avec joie en me souhaitant bonne course. Bon signe ?

Immédiatement après,  j'ai rencontré Jean Bouchard, le coureur aveugle que j'ai guidé dans les années 80. Jean  va avoir 76 ans au mois de novembre prochain et il a complété son 5km en 27:15 ( 2ième vétéran IV ). Bon signe ?

Comme il me restait 45 minutes avant le départ, mon plan de match était de me réchauffer sur le parcours qui est une boucle de 5 km à parcourir 2 fois:




J'avais fait cette course en 2010 et cela m'a fait du bien de me remettre le parcours en tête avant la compétition. Curieusement, malgré la baisse d'énergie des dernières semaines, les sensations n'étaient pas si pires. La concentration était bonne, je voulais faire un bon chrono pour ce dernier 10km de l'année.

J'ai donc fait la boucle à une allure moyenne de 6:13/km, relax et habillé avec mon survêtement, afin de rester au chaud compte tenu des 8 C et du vent. Bon signe ?

Le départ a été donné vers 10 heures 40. Je suis parti rapidement, dans les temps pour faire en bas de 50 minutes, soit à 4:56/km., l'objectif étant d'améliorer mon temps de Lévis en juillet dernier ( 49:46 ). Nous avions le vent dans le dos pour les deux premiers kilomètres. Le deuxième a été franchi en 4:50.

Dans le troisième kilomètre, les choses se sont corsé car nous avions le vent de face pour une partie de ce kilomètre. Résultat: 5:01. Une jeune femme m'a dépassé et je me suis accroché, ce qui m'a permis de faire 4:54 et 4:53 avec le vent de face pour les kilomètres 4 et 5. En passant au chrono après la première boucle, j'ai dépassé la jeune femme qui m'avait si bien tiré.

La deuxième boucle s'est bien déroulé, je sentais que j'avais du fond, sûrement le résultat de tous ces 30 km que je fais le dimanche. Les paces ont été de 4:58, 4:55, 5:07 ( là le vent commençait à me déranger et la jeune femme qui m'avait tiré dans la première boucle m'a dépassé de nouveau sans que je puisse m'accrocher cette fois-ci ), 5:01 et 4:45 ( on donne un coup pour la fin ). Résultat final: 49:21, soit 25 secondes de mieux qu'à Lévis, 145ième sur 316 mais seulement 25ième sur 38 vétéran II.  J'étais bien heureux de ce chrono compte tenu des mauvaises sensations des deux-trois dernières semaines. La récupération de la dernière semaine et les paces très lents de mes sorties y ont sûrement été pour quelque chose. J'ai réussi à refaire mon énergie.

Les amis du Centre Lucien Borne

Quatre amis de la gang à Roger était présents pour cet évènement. D'abord, Gilles Lamontagne a fait le 5 km et a terminé en 28:01 ( 3ième vétéran IV ), une semaine après le marathon de Portland. Par après, André Lepire était sur le 10km et a enregistré un chrono de 47:40.

Fait à noter, une semaine après le marathon de Rimouski, Roger Goulet et Claude Létourneau ont fait le 5km et le 10km. Voici, leurs chronos:

- Roger Goulet : 5 km: 26:07 ( 1er vétéran IV ); 10 km: 55:20 ( 2e vétéran IV );
- Claude Létourneau: 5km: 23:58 ( 1er vétéran III ); 10km: 49:28;

Lors du dîner spaghetti d'après-course, Roger me parlait que ses deux courses constituaient un entraînement pré-marathon Bar Harbour qu'il fera la semaine prochaine. Rien de moins ! Est-ce une nouvelle recette de notre chef ? Quant à Claude, il est arrivé avec le sourire seulement 7 secondes après moi sur le 10km en me disant que ça allait de mieux en mieux à mesure que les kilomètres avançaient. Un autre qui s'alimente aux mêmes recettes du chef . De vrais machines, ces deux-là !

Jean Bouchard

Comme je vous disais un peu plus haut, j'ai rencontré Jean Bouchard avant la course. Il venait de terminer le 5km avec son guide. Lui et son épouse Jeannine étaient à la l'arrivée du 10 km et j'ai pu m'entretenir avec eux un peu plus longtemps.

Pour les lecteurs de mon blog depuis 2011, vous vous souvenez des billets où j'ai relaté mon histoire de course à pied. En particulier, celui de l'année 1986 où j'ai permis, comme coureur guide, de faire faire
 mon ami Jean son meilleur temps à vie sur marathon, soit 3:06:41. Pour moi, cette performance demeure mon deuxième marathon à vie après mon 2:59:32 de 1988. En septembre 1986, j'avais 27 ans et Jean Bouchard presque 50 ans.

Aujourd'hui, Jean a 75 ans et s'entraîne encore religieusement au PEPS de l'Université Laval. Il participe encore à plusieurs compétitions. Il est un vrai athlète dans tous les sens du terme:



Dernièrement, un très bon article est paru dans le journal de Québec sur mon ami Jean. Il est ici .

Marathon de Chicago

Pendant ce temps-là, Jean-Yves Sansfaçon, Tic T. sur Daily Mile, autre ami du Centre Lucien-Borne, était  au marathon de Chicago. Le chanceux ! Il y a réalisé son meilleur temps à vie en complétant le marathon en 3 heures 39.

Ayant toujours le mot pour rire, il commentait sur Dailymile qu'il ignorait si c'était le phénomène Lucien ou la recette du gérant qui était la cause de son succès. De mon côté, je crois qu'il doit dire merci à son ami John Guilmour compte tenu qu'il s'est payé cette côte très souvent durant son entraînement cette année. L'entraînement en côte, ça ouvre les valves.

Prochaines semaines

Mon 10km de Montamagny me motive donc à terminer mon entraînement pour le marathon de Manchester en force. Les deux prochaines semaines seront donc de 85 et 90 km. Je raccourcirai mon taper en le faisant passer de trois à deux semaines avant le marathon mais je réduirai plus le kilométrage.